Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Scoliose idiopathique de l’enfant : une maladie d’origine vestibulaire ?

Résumé : Introduction : la scoliose idiopathique de l’enfant est une maladie fréquente (3 à 4% de la population mondiale), avec un retentissement somatopsychique pour l’enfant potentiellement lourd (chirurgie, insuffisance respiratoire, douleur, dépression…) ainsi qu’un coût de Santé Publique majeur pour nos sociétés (consultations répétées, examens radiologiques, chirurgie, appareillage…). Connaître la cause de cette pathologie permettrait éventuellement d’en améliorer son dépistage précoce, d’optimiser son traitement, et donc d’en réduire le retentissement et le coût. Plusieurs hypothèses cohabitent actuellement tentant d’expliquer cette maladie, mais aucune n’est actuellement validée. Une étude récente a montré pour la première fois chez l’animal un lien de cause à effet entre oreille interne et scoliose : en effet chez des têtards de Xénope (grenouille aquatique), une destruction chirurgicale d’une oreille interne à un certain stade de développement induit systématiquement une scoliose chez le Xénope adulte. Ceci s’explique par l’existence de voies vestibulospinales : le labyrinthe postérieur peut induire une contraction ou une inhibition des muscles paravertébraux, entrainant ainsi une déformation en tout point similaire aux déformations rachidiennes observées chez l’Homme au cours de la scoliose. Cette asymétrie vestibulaire n’est pas compensée en l’absence d’informations proprioceptives (pas de marche terrestre), et devient définitive lors de l’ossification des cartilages de croissance. Si cette hypothèse devait se vérifier chez l’Homme, il serait alors logique de trouver chez les enfants scoliotiques idiopathiques des vestiges de cette asymétrie vestibulaire embryonnaire. Matériel et méthode : les objectifs de notre étude étaient de vérifier si les enfants souffrant d’une scoliose idiopathique présentaient bien une asymétrie vestibulaire même si elle avait pu être compensée au cours de la vie (les enfants scoliotiques ne présentent pas de vertiges), et que cette asymétrie est significativement plus fréquente que dans la population générale infantile, mais aussi de vérifier s’il existait des relations entre le type d’atteinte vestibulaire et l’importance ou l’évolutivité des scolioses. Nous avons donc réalisé chez des enfants entre 6 et 18 ans, après examen clinique ORL, des explorations vestibulaires (épreuves caloriques, potentiels évoqués otolithiques sacculaire et utriculaire (PEO). Afin d’interpréter nos résultats, nous avons dû calculer une norme (qui n’existait pas) des PEO chez l’enfant à partir d’un groupe témoin sain. Notre étude était une étude prospective menée de 2011 à 2015. Résultats : notre étude est la première à proposer une norme pour l’interprétation des PEO chez l’enfant. Un PEO utriculaire pourrait être défini comme anormal si le ratio d’asymétrie était supérieur à 41, tandis qu’un PEO sacculaire serait anormal si le ratio d’asymétrie était supérieur à 47. La présente étude montre un taux jamais observé d’anomalies vestibulaires chez les enfants scoliotiques (71% des 31 enfants étudiés), tandis que seulement 16% des 43 enfants sains présentent une asymétrie vestibulaire (p ‹ 0,001). Nous n’avons pas retrouvé de corrélation entre le type d’atteinte vestibulaire et l’importance ou l’évolutive d’une scoliose. Conclusion : après avoir défini une norme pour les PEO chez l’enfant (ratio d’asymétrie inférieur à 41 pour les utriculaires et 47 pour les sacculaires), nous avons observé un taux d’asymétrie vestibulaire chez les enfants scoliotiques significativement plus important que chez les enfants sains (71% vs 16%, p < 0.001). Discussion : les anomalies vestibulaires ne semblent donc pas atteindre 100% des scolioses idiopathiques mais ceci peut s’expliquer par plusieurs raisons : une sensibilité des tests paracliniques utilisés inférieure à 100% : nous avons peut-être observé des faux négatifs. Deuxièmement, nos examens paracliniques ne permettent que de calculer un ratio d’asymétrie et non pas un déficit global en valeur absolue du système vestibulaire. Dans notre hypothèse, l’anomalie est embryonnaire. La compensation s’effectue au cours de la croissance de l’enfant, certains patients compensent peut-être plus rapidement que d’autres : nous n’étudions peut-être que des vestiges de l’anomalie vestibulaire initiale. Troisièmement, nous n’avons pas testé l’ensemble du système vestibulaire : pour être complet il nous manque une analyse de la fonction de tous les canaux semi-circulaires, à haute fréquence. Les scolioses idiopathiques pourraient ne pas être toutes liées à une anomalie vestibulaire. Nous pensons qu’en réalité, il existe de nombreuses anomalies embryonnaires sur le système nerveux central ayant un effet sur la statique rachidienne qui pourrait induire une scoliose. Le système vestibulaire ne serait probablement qu’un exemple d’une cause possible de scoliose idiopathique. Le travail fournit dans cette thèse appelle d’autres études afin d’étayer le lien de causalité entre anomalie vestibulaire et scoliose infantile, en étudiant notamment des scolioses malformatives ainsi que des scolioses opérées, avec de plus larges effectifs, mais aussi des études thérapeutiques prospectives contrôlées randomisées, étudiant l’effet de rééducation vestibulaire sur la scoliose, et enfin le développement d’un test de dépistage (néonatal ou infantile) vestibulaire permettant de dépister les enfants à risque de développer une scoliose.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [217 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01231175
Contributor : Université Paris Descartes - Scd <>
Submitted on : Thursday, November 19, 2015 - 3:48:26 PM
Last modification on : Friday, March 27, 2020 - 2:22:12 AM
Document(s) archivé(s) le : Friday, April 28, 2017 - 2:53:46 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01231175, version 1

Citation

François Rubin. Scoliose idiopathique de l’enfant : une maladie d’origine vestibulaire ?. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01231175⟩

Share

Metrics

Record views

419

Files downloads

69