Étude de la consommation chronique d'inhibiteurs de la pompe à protons en EHPAD : indications documentées et médications associées pour 134 résidents

Résumé : La consommation d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) ne cesse d’augmenter. Peu d’études se sont intéressées aux motifs de prescription chronique d’IPP chez les personnes âgées vivant en institution (EHPAD). OBJECTIFS : deux études complémentaires ont été réalisées, dont les objectifs respectifs étaient : 1/ l’évaluation qualitative et quantitative de la consommation annuelle d’IPP dans 100 EHPAD. 2/ parmi un échantillon de consommateurs chroniques d’IPP répartis dans 4 EHPAD : (i) confronter les indications aux recommandations officielles afin de mettre en évidence les prescriptions appropriées et celles potentiellement inappropriées ; (ii) étudier les co-médications associées à un usage prolongé d’IPP. MÉTHODE : 1/ étude descriptive, observationnelle, rétrospective, multicentrique, incluant les résidents ayant bénéficié d’au moins une prescription d’IPP, au sein de 100 EHPAD françaises, durant l’année 2013. 2/ étude observationnelle, rétrospective, multicentrique, parmi un échantillon de consommateurs chroniques d’IPP, avec analyse des indications et des co-médications d’antiagrégants (AAP), anticoagulants (AC) et anti inflammatoires non stéroïdiens (AINS). RÉSULTATS : 1/ parmi 12 739 résidents, 40% avaient consommé un IPP en 2013. Les prescriptions chroniques étaient majoritaires (92% des ordonnances). Ainsi, 4650 résidents, soit 37%, avaient bénéficié d’au moins une prescription chronique d’IPP en 2013. Les IPP étaient prescrits à raison d’une unité de prise par jour (95% des cas), majoritairement le soir (81% des prescriptions). L’esomeprazole était la molécule la plus prescrite (43% des ordonnances chroniques). 2/ 134 consommateurs chroniques d’IPP étaient inclus. Les indications étaient documentées dans seulement 44% des cas. Parmi ces indications, seulement une sur deux était appropriée. La co-prescription avec un AAP et/ou un AC et/ou un AINS et/ou un corticoïde concernait 70% des résidents. 65% des résidents sans justification explicite de la prescription d’IPP consommaient un AAP ou un AC au long cours. CONCLUSION : la consommation d’IPP n’est pas suffisamment justifiée par les médecins en charge des résidents, et un nombre important de prescriptions apparaissent comme potentiellement inappropriées. La co-médication avec un AAP ou un AC participe peut-être au mésusage des IPP.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [163 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01251217
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 5 janvier 2016 - 18:13:39
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:48
Document(s) archivé(s) le : jeudi 7 avril 2016 - 15:35:37

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01251217, version 1

Collections

Citation

Romain Van Overloop. Étude de la consommation chronique d'inhibiteurs de la pompe à protons en EHPAD : indications documentées et médications associées pour 134 résidents. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01251217〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

287

Téléchargements de fichiers

87