Du rebelle au monstre politique : l'héroïsme en question. La Conjuration de Catilina, Salluste ; Le Rouge et le Noir, Stendhal ; Les Frères Karamazov, Fiodor Dostoïevski ; V for Vendetta, Alan Moore

Résumé : « Dans cette tragédie, il n'y a que deux grands rôles, mais le troisième personnage du drame, c'est le monde. » Dans le chapitre qu'il consacre à Macbeth dans son essai Shakespeare notre contemporain, Jan Kott définit ainsi la répartition en personnages de la pièce, dans laquelle Macbeth s'oppose à la société, non pas comme cadre de la pièce, donnée supplémentaire sur l'organisation politique de l'Angleterre, mais bien comme personnage de l’œuvre. Une telle répartition des personnages semble s'appliquer aux quatre œuvres que nous souhaitons étudier – La Conjuration de Catilina, Le Rouge et le Noir, Les Frères Karamazov et V for Vendetta – qui mettent en présence des figures de héros rebelles observés dans leur singularité, en prise avec une société donnée pour unie et autonome. Le combat entre la société et le rebelle apparaît alors comme un combat entre la norme et l'exception qui la remet en cause. Les rebelles de La Conjuration de Catilina, Le Rouge et le Noir, Les Frères Karamazov et V for Vendetta, sont en fait, et chacun à leur façon, des criminels. Cependant, dans chacune de ces œuvres, le criminel est stigmatisé par la société qui le juge, condamné pour s'en être pris à la stabilité de la communauté. Tandis que celle-ci incarne la norme, garante de l'équilibre social, le criminel apparaît comme l'exception destructrice ; mais alors que l'image que la société veut donner de lui est celle d'un monstre, la dimension idéologique qui s'affirme dans son crime rend le portrait du criminel ambigu : parce qu'il est le monstre qui vient remettre en question la société dans ses défaillances cachées, il apparaît également comme un personnage héroïque révélant à la communauté l'injustice du système politique dans lequel celle-ci s'est enfermée. Les personnages de nos quatre œuvres semblent pris dans le nœud problématique de l'héroïsme et de la monstruosité, leur crime étant considéré, tantôt comme nécessité politique, tantôt comme acte gratuit. Grâce à la confrontation de toutes ces figures du criminel, situées différemment sur le spectre reliant l'héroïsme à la monstruosité, grâce aussi à une comparaison différentielle entre les quatre œuvres de notre corpus et au sein de l'une d'elle – la triade criminelle des Frères Karamazov – on pourra envisager la réelle complexité de telles figures de l'exception, ainsi que la possibilité de leur rôle social. Au cours de cette étude, nous nous intéresserons donc à l'affrontement entre société en crise et criminel fascinant, héros monstrueux. Et, parce que le tableau d'un tel affrontement est ancré dans un espace-temps politiquement marqué, celui d'un état de crise sociale plus ou moins manifeste dont l'auteur a été précisément un témoin direct, et qui ne s'est pas réellement résolu entre le discours de l'auteur et le récit qu'il fait, on s'interrogera sur la légitimité du recours à la fiction – chez Stendhal, Dostoïevski, Alan Moore – à tenter de réfléchir sur la crise politique réelle, au même titre que le récit historique chez Salluste.
Type de document :
Mémoires
Littératures. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [35 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01253789
Contributeur : Bibliothèque Lettres <>
Soumis le : lundi 11 janvier 2016 - 13:31:34
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:31:15
Document(s) archivé(s) le : jeudi 10 novembre 2016 - 22:49:48

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01253789, version 1

Citation

Louise Defauw. Du rebelle au monstre politique : l'héroïsme en question. La Conjuration de Catilina, Salluste ; Le Rouge et le Noir, Stendhal ; Les Frères Karamazov, Fiodor Dostoïevski ; V for Vendetta, Alan Moore. Littératures. 2014. 〈dumas-01253789〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

233

Téléchargements de fichiers

292