Génotypage IL28b et nouvelles thérapies contre l'hépatite C‎. Quelle efficacité ? Et à quel coût ?

Résumé : Contexte : Le virus de l'hépatite C a un impact social, sociétal et économique majeur. L’évolution des connaissances virologiques des dix dernières années a permis le développement de nouvelles thérapies. Ces nouvelles thérapeutiques, ont permis ou vont permettre d’apporter un réel bénéfice aux patients atteints par le virus de l'hépatite C. La mise en place de ces traitements nécessite au préalable de nombreux examens biologiques comme le génotypage IL28b dont l’objectif est de prédire la réponse thérapeutique à la bithérapie peg-IFN/Ribavirine. Objectifs : Les objectifs de ce travail étaient d’évaluer l’utilité clinique du génotypage IL28b, en étudiant l’efficacité thérapeutique des bi- ou trithérapie en fonction du génotype IL28b dans une série de patients suivis au CHU de Rouen entre 2012 et 2014; d’évaluer la rentabilité ou pharmaco-économie du génotypage IL28b à visée prédictive de la réponse en comparant les rapports coût-efficacité et la tolérance des différentes stratégies thérapeutiques à notre disposition pendant cette période, en particulier chez les patients porteurs du VHC de génotype 1. Résultats : Au cours de ce travail, 94 patients infectés par le VHC ont bénéficié d’un génotypage IL28b à visée prédictive de la réponse à la bithérapie entre 2012 et 2014 au CHU de Rouen. Parmi ces patients 13 étaient prédits répondeurs par ce test et 6 ont reçu une bithérapie peg-IFN/Ribavirine. Les autres patients ont bénéficié de trithérapie avec télaprévir ou bocéprévir. 66.67% des patients sous bithérapie ont présenté une réponse virologique soutenue à 12 semaines après arrêt du traitement vs 56,67% chez les patients sous trithérapie. La durée du traitement était de 24 à 48 semaines. La fréquence des effets indésirables tels que l’anémie était supérieure chez les patients ayant bénéficié d’une trithérapie (41,18% vs 21,05% sous bithérapie). Dans cette population de patients, le coût global d’un génotypage IL28b systématisé représentait 7360 euros alors que les dépenses thérapeutiques pour les trithérapies s’élevaient à 32 242 euros et à 6022 euros pour les bithérapies. Le coût moyen de prise en charge des effets secondaires tels que l’anémie s’élevait à 2896 euros et 723 euros par respectivement pour l’EPO et/ou les transfusions. Au cours de cette période, le génotypage IL28b à visée prédictive de la réponse thérapeutique a permis de réaliser une économie de 209 832 euros par rapport à une stratégie thérapeutique de trithérapie systématisée. Conclusion : Il n’existe pas ou peu de données pharmaco-économiques sur le sujet. Dans le cadre de la maîtrise des dépenses de santé, les études pharmaco économiques sont indispensables afin d’étayer des choix de politiques de santé publique qui soient favorables à la société tout entière. Ainsi, pour cette thèse, on a choisi une approche quantitative qui permet de dresser un état des lieux des données pharmaco-économiques disponibles au sein du service de gastroentérologie du CHU de Rouen. Au cours de la période d’étude, le génotypage IL28B, dans cette indication, s’est avéré être un test tant pharmaco-économique que efficace.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [33 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01266437
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 2 février 2016 - 15:58:04
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : samedi 12 novembre 2016 - 03:10:18

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01266437, version 1

Citation

Antoine Grimaldi. Génotypage IL28b et nouvelles thérapies contre l'hépatite C‎. Quelle efficacité ? Et à quel coût ?. Sciences pharmaceutiques. 2015. 〈dumas-01266437〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

91

Téléchargements de fichiers

377