Diagnostic et traitement des dysfonctions érectiles secondaires et intérêt d'une consultation multidisciplinaire : à propos d'une série de 50 cas

Résumé : Cette étude a pour objectif de mettre en évidence : l'intérêt des examens complémentaires, la fréquence des étiologies multifactorielles, l'importance des facteurs psychogènes et les difficultés thérapeutiques lors de troubles secondaires de la fonction érectile. Chaque patient a subi un inventaire multidisciplinaire clinique et paraclinique au cours de consultations spécialisées : - en Angiologie : un examen doppler avec prise de pression pénienne et des pléthysmographies des érections nocturnes (PEN) ; - en Urologie : un test d'injection de Papavérine (40 à 80 mg) dans les corps caverneux ; - en Endocrinologie : un bilan biologique ; - en Sexologie : un entretien. D'autres examens complémentaires (électromyogramme, cavernographie…) ont été pratiqués en fonction des orientations diagnostiques. Une étude prospective menée pendant 18 mois par le groupe d'étude multidisciplinaire d'andrologie du CHU de GRENOBLE a permis d'étudier plus de 150 patients, une centaine présentaient effectivement le trouble, seuls 50 ont bénéficié de l'ensemble des explorations ; la plupart étant adressé par des médecins et porteurs d'une pathologie concomitante (artériopathie, cardiopathie, diabète, dialyse chronique…). L'âge des patients variait de 25 à 72 ans (50 ans en moyenne). La durée de la dysfonction variait de 6 mois à 20 ans (2 ans en moyenne). Tous les patients présentaient des troubles psychologiques primaires ou secondaires à la dysfonction. 28 uniquement des troubles psychologiques (56 %). 8 étiologies somatiques (16 %). Dans 14 cas (28 %) plusieurs étiologies ont été mises en évidence. Sur le plan thérapeutique, 9 patients (18 %) ont été améliorés, dont 6 par psychothérapies et psychotropes. 1 patient a présenté un priapisme après injection de 40 mg de Papavérine ayant nécessité une ponction évacuatrice. Parmi les examens complémentaires, l'enregistrement des érections nocturnes représente l'examen de référence car il enregistre une érection physiologique et la normalité des courbes obtenues est la meilleure garantie d'intégrité organique. L'étude complémentaire de la rigidité de la verge corrélée à un bon enregistrement du sommeil permet d'améliorer la fiabilité de la PEN. Devant la grande diversité des étiologies des dysfonctions, un bilan multidisciplinaire semble indispensable même s'il a pu décourager la moitié des patients auxquels il était proposé. Les étiologies multifactorielles, le retentissement psychologique toujours présent et l'imperfection des examens complémentaires contribuent aux difficultés des choix des traitements. Aussi, la place de l'indication chirurgicale (prothèse, revascularisation…) reste-t-elle encore à déterminer dans la stratégie thérapeutique des dysfonctions érectiles secondaires.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1989
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01290816
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 18 mars 2016 - 15:50:06
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:17
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 juin 2016 - 01:28:36

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01290816, version 1

Citation

Gilles André Gachet. Diagnostic et traitement des dysfonctions érectiles secondaires et intérêt d'une consultation multidisciplinaire : à propos d'une série de 50 cas. Médecine humaine et pathologie. 1989. 〈dumas-01290816〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

47

Téléchargements de fichiers

465