L’enfant malvoyant ou le vertige de la feuille blanche : comment le psychomotricien peut-il aider l’enfant malvoyant à apprivoiser sa singularité ?

Résumé : L'enfant malvoyant n'a pas envie de dessiner, voire redoute de dessiner. Le dessin a perdu pour lui son aspect ludique et représente une épreuve. Le handicap visuel n'est pas étranger à ce phénomène. La déficience visuelle intervient à son niveau en entravant le processus de développement du dessin. La vision altérée ne peut plus venir en support du geste aussi bien que d'ordinaire et contrarie également l'accès au réalisme fortuit. L'enfant a par ailleurs recours à des modalités perceptives vicariantes peu transposables au dessin. Le dessin serait ensuite à l'origine de souffrances pour lui. Tel un miroir, il lui renverrait toute sa singularité, notamment par les difficultés graphiques qu'il rencontre. Il l'exposerait aux regards stigmatisant et désavouant posés sur le handicap. Sur le chemin de la construction identitaire, le psychomotricien a son rôle à jouer, contribuant à apprivoiser la différence. La constitution d'un médiateur au service de l'expression de soi peut venir soutenir cet objectif.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01358362
Contributeur : Nadège Leray <>
Soumis le : mercredi 31 août 2016 - 15:43:23
Dernière modification le : mercredi 19 septembre 2018 - 01:38:42
Document(s) archivé(s) le : vendredi 2 décembre 2016 - 04:31:54

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01358362, version 1

Collections

Citation

Gaël Raoul-Gilardin. L’enfant malvoyant ou le vertige de la feuille blanche : comment le psychomotricien peut-il aider l’enfant malvoyant à apprivoiser sa singularité ?. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01358362〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

262

Téléchargements de fichiers

485