Automédication familiale de la toux chez l’enfant de moins de 3 ans‎ : une étude rétrospective menée dans des crèches et des centres médico-sociaux de Rouen et son agglomération

Résumé : La pratique de l’automédication, en particulier en pédiatrie, est quasi systématique en France. En 2011, l’AFSSAPS a émis des restrictions concernant l’utilisation de nombreux médicaments dans le traitement de la toux du nourrisson. Objectifs : Déterminer la prévalence de l’automédication de la toux chez l’enfant de moins de 3 ans et évaluer les pratiques qui y sont associées. Patients et méthodes : Nous avons réalisé une étude rétrospective à l’aide de questionnaires à destination des parents entre le 4 et le 31 janvier 2016 dans les crèches et les centres médico-sociaux de Rouen et son agglomération. Résultats : 622 questionnaires ont été recueillis dont 602 étaient analysables, soit 96,8 %. La prévalence de l’automédication était de 32,9 %. Celle-ci faisait principalement appel à des sirops contre la toux dans 41,9 % des cas dont 66,3 % étaient des sirops antitussifs, à des suppositoires dans 41,9 % des cas, à un spray pour inhalation dans 32,8 % des cas, à un spray nasal dans 29,3 % des cas ou à de l’homéopathie dans 23,7 %. Parmi les mesures non médicamenteuses, la désobstruction rhinopharyngée était quasi systématique. Les traitements administrés provenaient majoritairement de la trousse à pharmacie familiale. Les principales sources d’information des parents étaient le médecin et le pharmacien. Les déterminants majeurs de l’administration de sirop antitussifs étaient l’intensité de la toux, son caractère douloureux ou insomniant. L’âge limité, le caractère dangereux ou l’inefficacité du traitement étaient pris en compte par les parents lorsqu’ils n’administraient pas de sirop à leur enfant. La notion de limite d’âge pour les sirops antitussifs chez les nourrissons était connue de 92,0 % des parents mais 32,0 % la situait en dessous de 24 mois. La survenue de la toux plusieurs fois par mois (p = 0,008) ainsi que l’utilisation d’huiles essentielles (p = 0,012) semblent augmenter le recours à l’automédication. Au contraire, la consultation fréquente du médecin (p < 0,001), l’utilisation de miel (p = 0,002) et le doute des parents (p < 0,001) quant à l’administration d’un traitement semblent diminuer le recours à l’automédication. Conclusion : L’automédication spécifique de la toux chez l’enfant de moins de 3 ans est donc un phénomène limité et reste très lié à l’influence du médecin. Les consultations avec le médecin généraliste ou le pédiatre peuvent être un lieu privilégié d’échange pour renforcer les connaissances des parents.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [40 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01381303
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 14 octobre 2016 - 12:18:19
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 12:34:13

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01381303, version 1

Citation

Benoît Carraud. Automédication familiale de la toux chez l’enfant de moins de 3 ans‎ : une étude rétrospective menée dans des crèches et des centres médico-sociaux de Rouen et son agglomération. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01381303〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

35

Téléchargements de fichiers

18