Réhabilitation psychosociale et schizophrénie : transfert des apprentissages cognitifs dans la vie quotidienne

Résumé : La schizophrénie est une pathologie psychiatrique chronique d’apparition précoce (entre 15 et 25 ans) et relativement fréquente. Elle se caractérise par un ensemble de symptômes très hétérogènes, qui varient au cours de la maladie et dont le retrait social et les difficultés cognitives sont les plus invalidants (Krebs, 2014). Au cours des dernières décennies, la compréhension de la schizophrénie a beaucoup évolué grâce à l’avancée de connaissances dans le domaine des sciences humaines et biomédicales. Ainsi, la vision des personnes atteintes de cette pathologie a également évoluée dans le milieu médical. Celles-ci ne sont plus vues comme des « malades » nécessitant une prise en charge institutionnelle à long terme, mais comme des personnes ayant des ressources et un rôle actif dans leur accompagnement. Aussi, la réalité d’une évolution positive pour les personnes souffrant de schizophrénie a été prouvée par de nombreuses études et témoignages d'usagers, faisant naître ainsi le concept de rétablissement (Escaig, 2012). Les méthodes de traitement ont aussi évolué grâce à cette prise de conscience. D’après Barroche, le concept de réhabilitation psychosociale offre ainsi une nouvelle perception du soin en psychiatrie : on passe de la « prise en charge » à l’ « accompagnement », et de « soignant-soigné » à « accompagnant-accompagné » ou « partenaires » car « il s’agit d’un partage, d’une co-construction d’un projet dans lequel les désirs, les choix et les libertés de la personne accompagnée, qui est avant tout citoyenne, sont respectés » (cité par Barres, 2012, p.9). L’ergothérapeute, spécialiste de l’interaction personne-activité-environnement et de l’adaptation, semble avoir un rôle important dans l’accompagnement des personnes atteintes de schizophrénies lors du processus de réhabilitation psychosociale. Cependant, très peu de littérature expose spécifiquement ses possibilités d’interventions dans ce domaine. D’où ma question d’étude : dans le processus de réhabilitation psychosociale, en quoi l’ergothérapeute améliore l’autonomie des personnes atteintes de schizophrénie dans leurs activités de vie quotidienne ? Afin de répondre à cette problématique, je développerai dans un premier temps les éléments pratiques abordés par ma question de recherche. Je détaillerai ensuite les théories et concepts sur lesquelles s’appuie mon étude afin de définir un cadre scientifique. Enfin, je présenterai les résultats obtenues et les analyserai en les mettant en lien avec ma problématique pratique et théorique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [15 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01398976
Contributeur : Santé Uca <>
Soumis le : vendredi 18 novembre 2016 - 10:13:51
Dernière modification le : mercredi 30 mai 2018 - 01:08:05
Document(s) archivé(s) le : mardi 21 mars 2017 - 11:04:08

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01398976, version 1

Collections

Citation

Lucile Pivot. Réhabilitation psychosociale et schizophrénie : transfert des apprentissages cognitifs dans la vie quotidienne. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01398976〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

361

Téléchargements de fichiers

1665