Faisabilité du désondage précoce en chirurgie de résection prostatique par photovaporisation Laser en ambulatoire : évaluation d'une technique anesthésique multimodale préservant la dysfonction vésicale : résultats préliminaires

Résumé : Introduction : En France près de cinquante mille patients se font opérer chaque année pour une hypertrophie bégnine de prostate, les lasers Green light, toutes générations confondues, apportent des résultats similaires à la Résection transurétral de prostate (RTUP), de plus ils permettent une durée de sondage urinaire raccourcie. À l’heure actuelle, aucun délai minimum de sondage post-photovaporisation de prostate n’a encore été déterminé. Dans l’optique d’une réduction des durées de sondage en chirurgie de résection de prostate, les composantes de l’anesthésie préservant au mieux de la dysfonction vésicale sont une part significative des mesures à évaluer.
Type d’étude : Étude prospective, multicentrique nationale dont le promoteur est le Centre Hospitalier Universitaire de Nice.
Matériel et Méthode : Des hommes entre 45 et 80 ans souffrant de symptômes du bas appareil urinaire sur hypertrophie bégnine de prostate nécessitant une prise en charge chirurgical de resection prostatique par photovaporisation laser étaient inclus. L’anesthésie était réalisée selon un protocole d’anesthésie générale ou de rachianesthésie optimiser pour préserver la dysfonction vésicale. Sauf contre-indication tous les patients étaient désondés à 3 heures post opératoire.
Objectif : Évaluer à partir des données de l’étude PRECOCE, le protocole anesthésique et analgésique optimal (meilleur taux de succès) pour un désondage précoce en chirurgie de résection prostatique par PVP.
Résultats : 38 patients ont été inclus, 94% des patients ont pu être désondés à 3 heures post opératoire, 22% des patients ont nécessité un resondage. Il n’y a pas de différence significative entre l’anesthésie générale et la rachianesthésie sur le succès d’un désondage précoce 81% (26 sur 32) vs 66% (4 sur 6) p=0,58. Lors d’une procédure sous anesthésie générale le succès de désondage précoce a été de 94% (16 sur 17) chez les patients réalisé « opiods free » vs 66% (10 sur 15) chez les patients sous anesthésie générale ayant reçu de l’alfentanil (P=0,07). Le temps de reprise mictionnelle est significativement plus long chez les patients sous rachianesthésie comparé aux patients sous anesthésie générale de 297 ± 121 minutes versus 128 ± 111 minutes, p=0,028.
Conclusion : Nos résultats ne retrouvent pas de différence significative entre un protocole d’anesthésie générale ou de rachianesthésie optimisé pour préserver la dysfonction vésicale sur le succès d’un désondage précoce.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01402475
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 24 novembre 2016 - 16:50:28
Dernière modification le : lundi 28 mai 2018 - 14:31:24
Document(s) archivé(s) le : mardi 21 mars 2017 - 11:44:11

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01402475, version 1

Citation

Nicolas Gayte. Faisabilité du désondage précoce en chirurgie de résection prostatique par photovaporisation Laser en ambulatoire : évaluation d'une technique anesthésique multimodale préservant la dysfonction vésicale : résultats préliminaires. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01402475〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

48

Téléchargements de fichiers

99