Le dépistage prénatal non invasif Analyse de controverse

Résumé : Introduction : La trisomie 21 est actuellement la seule anomalie génétique pour laquelle un dépistage est systématiquement proposé à toutes les femmes enceintes. En 2011 a été développé le dépistage prénatal non invasif de la trisomie 21 (DPNI) sur sang maternel. Sa performance est supérieure au dépistage combiné du premier trimestre actuellement proposé aux patientes. Toutefois, ce test n’est pas encore introduit dans la stratégie de dépistage des anomalies chromosomiques en France et il reste à la charge des patientes voulant l’effectuer. L’arrivé du DPNI sur le marché international a fait émerger de nombreuses questions du fait des perspectives que ce test ouvre. En effet, ce dernier permet de séquencer la totalité du génome fœtal. Objectifs : Identifier et Analyser les différents arguments qui alimentent la controverse autour du DPNI concernant sa perception et sa légitimité dans la population générale et scientifique, ainsi que ceux concernant sa mise en place en première ou deuxième intention dans la stratégie de dépistage des anomalies chromosomiques en France. Matériel et méthode : L’étude a été menée selon la méthode d’une analyse de controverse portant sur 41 sources d’informations de décembre 2011 à janvier 2016. Résultats : Le DPNI est majoritairement reconnu comme un progrès technique, plus performant que le dépistage combiné du premier trimestre. Toutefois des problèmes éthiques et économiques sont soulevés et viennent entacher cette avancée médicale. La majorité des professionnels s’exprimant sur la mise en place du DPNI en première intention y sont défavorables évoquant des limites d’ordre médical et économique (test onéreux). Les personnes favorables au DPNI en première intention mettent en avant des arguments d’ordre éthique, défendant notamment l’égalité d’accès. La mise en place du DPNI en seconde intention est discutée. Les arguments en faveur défendent une meilleure performance du test et une limitation du risque de dérive. Les arguments contre cette mise en place dénoncent une « injustice » et une « perte de chance » pour les patientes non identifiées comme étant à risque de trisomie. Conclusion : Le DPNI est un progrès technique soulevant de nombreuses questions nécessitant d’être étudiées et prises en compte pour un déploiement sécurisé du test sur le territoire. La Haute Autorité de Santé (HAS) travaille actuellement sur ces questions afin de définir une place au DPNI dans la stratégie de dépistage des anomalies chromosomiques en France.
Type de document :
Mémoires
Gynécologie et obstétrique. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [19 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01412371
Contributeur : École Universitaire de Maïeutique Marseille Méditerranée (eu3m) <>
Soumis le : jeudi 8 décembre 2016 - 12:14:39
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:32:00
Document(s) archivé(s) le : jeudi 23 mars 2017 - 07:04:58

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01412371, version 1

Citation

Stéphanie Fermi. Le dépistage prénatal non invasif Analyse de controverse. Gynécologie et obstétrique. 2016. 〈dumas-01412371〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

161

Téléchargements de fichiers

966