L'intérêt du diapason dans le diagnostic de fracture de la cheville, du poignet et du coude

Résumé : Introduction : La traumatologie est un motif fréquent de consultation pour laquelle de nombreuses radiographies sont réalisées. Souvent, celles-ci sont normales, occasionnant un coût non négligeable et une irradiation inutile des patients. Il y a donc un intérêt à trouver un outil diagnostic clinique qui permettrait de mieux cibler les patients atteints de fractures. Il nous a donc semblé intéressant de réaliser une étude sur la fiabilité diagnostique du test au diapason dans la recherche de fracture de la cheville, du poignet et du coude. Matériel et méthodes : C'était une étude d’évaluation de méthode diagnostique prospective, multicentrique sur une période d’inclusion de 4 mois. Les patients inclus était des adultes de 18 à 75 ans, présentant un traumatisme de la cheville, du poignet ou du coude, n’ayant pas d’antécédents de maladie de constitution osseuse ou de fractures anciennes de la zone traumatique, se présentant au service des urgences adultes du Centre Hospitalo-universitaire de Bordeaux à Pellegrin et le service des urgences adultes du Centre Hospitalier de Libourne. Chaque patient inclus bénéficie du test au diapason - dont les résultats sont reportés sur un questionnaire remis à l'entrée – et d'une radiographie face et profil de l'articulation douloureuse. Toutes les radiographies ont été interprétées par un radiologue senior. Résultats : 95 patients sont inclus au CHU de Pellegrin et 31 au CH de Libourne, sans différences notables de caractéristiques des populations. Pour le test au diapason dans la population incluse, on obtient une sensibilité entre 29,17 et 54,17% et une spécificité comprise entre 51,92 et 90,38%. La VPP est comprise entre 22,20 et 42,18%, la VPN est comprise entre 83,08 et 84,9%. Nous réalisons plusieurs études en sous groupes. Le seul résultat intéressant concerne le test au diapason pour l'articulation de la cheville, avec une VPN comprise entre 90,16 et 92,16%. Conclusion : Le test au diapason n'est pas un outil fiable que l'on peut se permettre d'utiliser de nos jours, même si ce test est peu coûteux et non invasif. La VPN pour le test au diapason au niveau de l'articulation de la cheville, est comprise entre 90 et 92%. Cette donnée pourrait être utilisée pour faire un score clinique composite avec le score d'Ottawa et le test au diapason.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [12 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01415572
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 13 décembre 2016 - 12:03:23
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:14
Document(s) archivé(s) le : mardi 14 mars 2017 - 12:41:07

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01415572, version 1

Collections

Citation

Mona Allers. L'intérêt du diapason dans le diagnostic de fracture de la cheville, du poignet et du coude. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01415572〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

625

Téléchargements de fichiers

565