Apport de la TEP-TDM après chimiothérapie néo-adjuvante et avant radiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules

Résumé : Le but de cette étude était de mesurer l’impact pronostique de la TEP-TDM au FDG après chimiothérapie d’induction chez les patients atteints d’un carcinome bronchique non à petites cellules (CBNPC) inopérable. Matériels et méthodes : Cette étude rétrospective a inclus, de janvier 2012 à juillet 2015, 50 patients atteints d’un CBNPC inopérable, de stade II ou III. Ils ont bénéficié d’un traitement à visée curative par chimiothérapie d’induction, suivie d’une radio chimiothérapie concomitante ou d’une radiothérapie séquentielle. Les acquisitions TEP FDG ont été réalisées avant traitement (PET1) et entre la fin du dernier cycle de chimiothérapie et le début de la radio(-chimio) thérapie (PET2). Cinq paramètres ont été évalués par le biais de ces examens d’imagerie : le SUVmax, le SUVpeak, le SUVmoyen, le TLG et le volume métabolique (MTV), ainsi que leur delta respectif. La valeur pronostique de chacun de ces paramètres a été appréciée, en termes de survie globale et de survie sans progression de la maladie, en utilisant un modèle de Cox. Résultats : Le suivi médian était de 19 mois. Les paramètres issus de PET1, les données cliniques et anatomopathologiques n’étaient pas prédictives du devenir des patients. Le TLG2 et le ΔTLG étaient des facteurs pronostiques en termes de survie globale. Le TLG2 était le seul paramètre prédictif de la survie sans progression. Concernant la survie globale, le test du log-rank a mis en évidence un meilleur pronostic chez les patients dont le TLG était inférieur à 69 grammes (HR= 7.1, IC95% 2.8-18, p=0.002) ainsi que pour ceux dont le ΔTLG était inférieur à -81% après chimiothérapie d’induction (HR= 3.8, IC95% 1.5-9.6, p=0.02). Après 2 ans de suivi, le taux de survie des patients avec un TLG2 bas était de 89% contre 52% pour les autres. Nous avons évalué par ailleurs un paramètre composite considérant à la fois le MTV2 et le ΔSUVmax. Les patients présentant un MTV2> 23 ml et un ΔSUVmax> -55% avaient une survie globale significativement plus courte que les autres patients (HR= 5.7, IC95% 2.1-15.4, p< 0.01). Conclusion : La TEP au FDG après chimiothérapie d’induction pourrait apporter une valeur ajoutée dans l’évaluation pronostique des patients suivis pour un CBNPC inopérable. Le TLG, le ΔTLG, ainsi que l’association du MTV et du ΔSUVmax, se sont avérés être des outils plus précis que les données cliniques ou histopathologiques, ou que de celles apportées par l’imagerie pré-thérapeutique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [28 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01431255
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 13 janvier 2017 - 17:16:32
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 12:34:13
Document(s) archivé(s) le : vendredi 14 avril 2017 - 14:11:00

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01431255, version 1

Citation

Julien Ganem. Apport de la TEP-TDM après chimiothérapie néo-adjuvante et avant radiothérapie des cancers bronchiques non à petites cellules. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01431255〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39

Téléchargements de fichiers

19