Déterminants de la pratique du bilan sanguin de routine chez l’adulte sans pathologie chronique connue en médecine générale - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2016

Determining factors of routine blood test in adults without known chronical disease in general practice

Déterminants de la pratique du bilan sanguin de routine chez l’adulte sans pathologie chronique connue en médecine générale

Abstract

Background: Blood tests represent an extensive amount of prescriptions in France, mainly prescribed by general practitioners. The objective was to highlight the determining factors of the routine blood test (RBT) practice in a general primary care adult population without any chronical known disease. Methods: A qualitative study was conducted by individual semi-structured interviews settled in a general practitioner population with maximum variation sampling. An ongoing thematic analysis was performed. Results: From June to August 2016, 12 Girondins family doctors were interviewed. The majority declared practicing RBT. Several non-exclusive prescribing strategies emerged: a systematic approach where the RBT was prescribed according to the age or a specific pattern, a risk approach where individual patient’s profiles are considered at risk (mainly youth, cardiovascular risk, alcohol consumption), a response approach regarding patients’ check-up request. Those strategies were influenced by the main goals of the RBT: patient’s global health assessment, follow-up and health promotion. The patient’s check-up request was strongly associated with blood test prescription with determining factors such as the will to seek disguised motives, patient’s pressure perception, the right to access health services, patient’s retention. The RBT constituted a suitable answer in the absence of clinical abnormalities or in case of asthenia. Other determining factors were: the practitioner’s anxiety, reassurance need and fatigue, the delay with the last blood test. The main evolutionary factors were clinical experience and clinical practice and reimbursements levels. The impact of recommendations seems low, except for PSA testing. Conclusion: The RBT practice is complex and its determining factors diverse. It probably needs to evolve in the actual health care expense rationalization. In that sense, while respecting individual practices, two processes seem interesting to consider to help this evolution: furthering general population’s epidemiological knowledge and developing good practice recommendations tailored to primary care practice.
Introduction : Les bilans sanguins représentent des volumes majeurs de prescription en France, dont les principaux prescripteurs sont les médecins généralistes. Certains bilans sont prescrits en routine. L’objectif principal était de faire émerger les déterminants de la pratique du bilan sanguin de routine (BSR) dans une population générale adulte en soins primaires sans pathologie chronique connue. Matériel et méthode : Il s’agissait d’une étude qualitative par entretiens individuels semi-structurés a été menée dans une population de médecins généralistes installés, avec un échantillonnage en variation maximale. Les données ont fait l’objet d’une analyse thématique en continu. Résultats : De juin à août 2016, 12 médecins généralistes girondins ont été interrogés. La majorité déclarait avoir un BSR. Plusieurs stratégies de prescription se dégageaient, non exclusives les unes des autres : l’approche systématique où le bilan était prescrit selon un certain âge ou à un rythme prédéfini, l’approche du risque où le profil du patient était considéré (principalement l’âge, le risque cardio-vasculaire, la consommation d’alcool), l’approche de type réponse à la demande de bilan du patient. Le BSR était vu comme un outil d’évaluation de l’état de santé global du patient, de suivi et de promotion de la santé. La demande de bilan par le patient était un moteur de prescription, avec plusieurs déterminants : la recherche de motifs cachés, la pression-patient ressentie, le risque médico-légal, le droit d’accès aux soins du patient, la fidélisation de la patientèle. Pour la majorité, le BSR constituait une réponse adaptée à la demande en absence d’anomalie clinique ou en cas d’asthénie. Les autres déterminants identifiés étaient : l’anxiété et le besoin de réassurance du médecin, la dimension fatigue, le délai par rapport au dernier bilan sanguin. Les facteurs d’évolution des pratiques étaient l’expérience clinique et les niveaux de remboursement. L’impact des recommandations pour la pratique semblait faible, excepté concernant le PSA. Conclusion : La pratique du BSR est complexe et ses déterminants sont multiples, elle doit probablement évoluer dans le contexte actuel de rationalisation des dépenses de santé. Le développement de connaissances épidémiologiques en population générale et de recommandations adaptées à la pratique des médecins généralistes sont deux pistes à envisager, tout en respectant les pratiques de chacun.
Fichier principal
Vignette du fichier
Méd_generale_Santucci_2016.pdf (2.42 Mo) Télécharger le fichier

Dates and versions

dumas-01441922 , version 1 (20-01-2017)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01441922 , version 1

Cite

Maïté Santucci. Déterminants de la pratique du bilan sanguin de routine chez l’adulte sans pathologie chronique connue en médecine générale. Médecine humaine et pathologie. 2016. ⟨dumas-01441922⟩
479 View
4804 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More