Facteurs influençant la prise en charge du prurit sine materia chez la personne âgée en médecine de ville‎ : enquête auprès de 12 médecins généralistes hauts-normands

Résumé : Les pathologies dermatologiques en médecine générale sont fréquentes, environ 6% des consultations selon l'OMG. Le prurit est le motif de consultation dermatologique le plus courant chez les plus de 65 ans. Il est défini par « une sensation cutanée provoquant le besoin de se gratter ». Il est physiologique lorsqu'il est léger et inconscient, localisé ou généralisé et dure de quelques minutes à quelques heures, il est chronique si il persiste plus de six semaines. Le prurit sine materia est un prurit sans lésion dermatologique spécifique, il est plus rare que le prurit dermatologique. De nombreuses causes peuvent en être à l'origine. Sa prise en charge est complexe, la démarche étiologique est mal codifiée. L'objectif principal est d'essayer de comprendre la prise en charge de ce prurit chez la personne âgée et plus spécifiquement la démarche étiologique chez les médecins généralistes. Méthode : Le recueil a été effectué entre juin 2015 et septembre 2015. L'étude qualitative inclus douze médecins généralistes de Haute Normandie sur la base du volontariat. Le choix des médecins a été raisonnable. L'inclusion s'est arrêtée lors de la saturation des données. Les entretiens ont été faits au cabinet des praticiens. L'entretien semi-dirigé a été réalisé à l'aide d'un guide d'entretien. Résultats : Aucun médecin n'a eu de formation spécifique clinique en dermatologie pendant leur internat, elle s'est faite avec l'expérience et lors des FMC. Les praticiens ont plus de difficultés à prendre en charge les prurits sans lésion spécifique. Les causes principales évoquées sont le prurit sénile, les causes psychogènes, la iatrogénie, et les maladies hématologiques. Leur recherche étiologique est dans un premier temps presque nulle concernant les prescriptions d'examens. Les médecins font un bilan lors des échecs des stratégies thérapeutiques définis soit par un échec du traitement, des recours fréquents ou une durée de la plainte supérieure à trois semaines. S'ils décident de faire un bilan, la majorité font un bilan dit standard : une NFS, un BE, un BH, et une créatinine. Certains proposent de faire une TSH ou des IgE. Le motif principal de prescription est la réassurance du praticien et du patient, ils avouent ne pas savoir réellement quoi rechercher. Un seul médecin prescrit un bilan d'imagerie, les autres praticiens demandent l'avis au dermatologue. La majorité d'entre eux remet en cause le dernier traitement introduit. Trois motifs ressortent concernant le recours au dermatologue : la normalité du bilan, la persistance des symptômes et l'état cutané. Ils mettent en doute l'utilité de cette consultation. Conclusion : La prise en charge du prurit sine materia est compliquée en médecine générale. Il n'existe pas de recommandation spécifique, mais seulement quelques algorithmes dans la littérature, qui ne semblent pas adaptés aux pratiques constatées en ville. Cette étude montre que les pratiques pourraient être plus homogènes avec une formation en dermatologie organisée différemment.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01455687
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 3 février 2017 - 17:10:44
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : vendredi 5 mai 2017 - 13:34:24

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01455687, version 1

Citation

Mélanie Delafosse. Facteurs influençant la prise en charge du prurit sine materia chez la personne âgée en médecine de ville‎ : enquête auprès de 12 médecins généralistes hauts-normands. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01455687〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

268

Téléchargements de fichiers

73