Échographie clinique en pré-hospitalier : enquête transversale des motifs d’intervention conduisant à son utilisation dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes de juin à juillet 2016

Résumé : Contexte : la pratique de l’échographie clinique au lit du patient ne cesse de s’accroitre dans les services d’urgence depuis une trentaine d’années. Plus récemment, elle trouve également sa place en pré-hospitalier avec l’apparition des échographes ultraportables notamment pour la prise en charge des traumatisés graves. On peut supposer que l’apport d’un tel outil ne se limite pas au traumatisé grave. L’objectif principal est d’analyser la fréquence d’utilisation de l’échographe ultraportable par le médecin du SMUR en fonction du motif d’intervention afin de décrire la pratique de l’échographie en pré-hospitalier dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes (ALPC) en 2016. Méthode : une étude transversale, descriptive, multicentrique a été menée entre juin et juillet 2016 dans l’ensemble des centres SMUR de la région. Les médecins urgentistes ont été directement contactés par téléphone sur leur temps posté et ont été interrogés sur la pratique de l’échographie en SMUR, la fréquence d’utilisation globale et en fonction des motifs d’intervention, leur niveau de formation échographique. En parallèle, un questionnaire a été envoyé par courrier électronique à l’ensemble des chefs de service des SMUR de la région pour une analyse plus générale. Résultats : 75 médecins ont été inclus répartis dans 44 centres SMUR (exhaustivité 98%). La pratique des 42 médecins utilisant l’échographie en pré-hospitalier a été analysée. 93% des médecins utilisaient fréquemment l’échographe devant un traumatisé grave, 29% des médecins face à un état de choc non traumatique ou une douleur abdominale. Ils sont moins nombreux à l’utiliser fréquemment devant une détresse respiratoire aiguë (21%), une douleur thoracique (12%), ou un arrêt cardio-respiratoire (7%). Dans la région ALPC, 13 centres SMUR disposent d’un échographe soit 30%. Concernant la formation échographique, 25% des 75 médecins inclus initialement ne possèdent pas de formation et plus de la moitié ont privilégié un enseignement court (compagnonnage, Winfocus, PREP) par rapport aux formations universitaires. L’analyse des questionnaires adressés aux chefs de service n’a pas pu être effectuée suite à un nombre de réponses insuffisant. Conclusion : l’échographie clinique en pré-hospitalier ne se limite pas au traumatisé grave avec une utilisation non négligeable dans l’état de choc non traumatique et la douleur abdominale. La place de l’échographie dans des protocoles de prise en charge reste à définir précisément devant ces motifs médicaux pour ne pas retarder la gestion des soins extra et intra-hospitaliers.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [29 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01466901
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 13 février 2017 - 18:35:48
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:16
Document(s) archivé(s) le : dimanche 14 mai 2017 - 16:43:51

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-11-03

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01466901, version 1

Collections

Citation

Romain Boyer. Échographie clinique en pré-hospitalier : enquête transversale des motifs d’intervention conduisant à son utilisation dans la région Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes de juin à juillet 2016. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01466901〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

62