Les spécificités cognitives de l’anorexie mentale

Résumé : L’anorexie mentale est à l’heure actuelle la maladie psychiatrique ayant le plus haut tôt de mortalité, une mortalité par ailleurs 10 fois celle de la population générale. Malgré les progrès fait dans la compréhension et la prise en charge de cette maladie, son pronostic reste préoccupant puis que 10 à 20 % des patients se chronicisent. Peu de stratégies thérapeutiques ont été validées et aucuns traitements médicamenteux n’a démontré de réelle efficacité sur les symptômes cliniques de l’anorexie. L’anorexie mentale à fait l’objet de nombreuses questionnements étiopathogéniques ayant apportés un certain nombre d’arguments à la fois biologiques, neuroanatomiques, neurocognitifs et environnementaux. Dès les années soixante, Hilde Bruch, psychiatre spécialiste des troubles alimentaire, a mis en évidence un style sociocognitif qu’elle décrivait comme un style concret avec des difficultés d’abstraction. Ce n’est que très récemment que cette vision de l’anorexie mentale a refait surface, grâce notamment au progrès de la neuro-imagerie et à l’utilisation plus systématique des évaluations neuropsychologiques dans les troubles psychiatriques. Les dernières études portant sur l’anorexie s’accordent sur deux grandes vulnérabilités caractéristiques : une déficience sur le plan de la cognition (moindre flexibilité cognitive, défaut de cohérence centrale) et des difficultés socio-affectives (défaut dans la reconnaissance des émotions, dysrégulation émotionnelle, altération du onctionnement interpersonnel). Il semble que ces vulnérabilités soient préexistantes à la survenue des symptômes alimentaires et persistent le plus souvent après rémission inscrivant ainsi potentiellement l’anorexie mentale dans le champ des troubles neuro-développementaux. Le concept d’endophénotype (étapes intermédiaires entre génome et phénotype) a permis de mettre en évidence des chevauchements entre l’anorexie et d’autres troubles psychiatriques tels que les troubles obsessionnels compulsifs, le trouble d’hyperactivité avec déficit attentionnel, et les troubles envahissants du développement. Ces découvertes ont permis le développement de thérapies ciblées telle que la rémédiation cognitive, l’entraînement aux compétences sociales et émotionnelles pour un certain nombre déjà utilisées dans d’autres troubles avec succès tel que la schizophrénie. Ce travail de thèse est une revue bibliographique actualisée sur les spécificités cognitives de l’anorexie.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01473629
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mercredi 22 février 2017 - 09:27:51
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : mardi 23 mai 2017 - 13:26:04

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01473629, version 1

Citation

Amandine Turcq. Les spécificités cognitives de l’anorexie mentale. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01473629〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

464

Téléchargements de fichiers

1578