L'anomalie de discrimination des émotions du visage sous-tendrait le déficit social caractéristique de l'autiste

Résumé : L’autisme est un trouble développemental précoce se caractérisant principalement par des altérations de la socialisation, ainsi qu’un retrait aussi bien affectif que communicationnel. Chez l’autiste, l’organisation cérébrale, de la synapse aux réseaux inter-régionaux, et surtout l’activité des aires de la perception diffèrent. Cette particularité d’appréhension visuelle et de reconnaissance aberrante des traits faciaux d’autrui pourrait être à l’origine de leur comportement désadapté, en marge de la société.
Ce travail a eu pour sujet « l’évaluation de la reconnaissance des émotions faciales chez les sujets autistes. » En effet, la reconnaissance de l’émotion portée par le visage humain constitue un paralangage nécessaire à la reconnaissance implicite de « l’état d’esprit » de l’émetteur et des affects qui affinent la portée du message. Chez l’autiste, les modifications de configuration faciale ne sont pas interprétées de manière adéquate.
Des études fonctionnelles et anatomiques en neurologie ont mis en évidence des anomalies au niveau du lobe temporal supérieur chez les autistes. Des patterns anormaux d’activations corticales sont également mis en évidence dans les régions associées à la perception et à la cognition sociale. L’hypothèse que l’incapacité chez l’autiste à acquérir une communication adaptée serait en grande partie due à son inaptitude à reconnaître les émotions faciales d’autrui, a été vérifiée dans cette étude en utilisant des protocoles de reconnaissances et de reproductions faciales, dans une histoire en images, au travers de photographies mais également par le biais de reproductions dynamiques (mimes).
Les cas étudiés nous ont permis d’observer des caractéristiques propres à la pathologie autistique concernant leur perception visuelle atypique. Les résultats ont montré que certaines émotions étaient très difficilement reconnaissables pour l’autiste et que la production de gestes était souvent en désaccord avec les émotions faciales, celles ci étant figées, désadaptées, voir même inexistantes. L’utilisation de gestes déictiques comme support à la communication et donc le renforcement de la communication analogique semble présenter un grand intérêt pour les sujets autistes. Il est important de découvrir les expériences synesthésiques de chaque autiste afin de trouver les moyens les plus efficaces pour faciliter son adaptation à un monde rendu souvent peu compréhensible en raison de la singularité de ses perceptions sensorielles.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [65 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01499508
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 31 mars 2017 - 15:18:12
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:00
Document(s) archivé(s) le : samedi 1 juillet 2017 - 14:41:44

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01499508, version 1

Citation

Marine Cesmat. L'anomalie de discrimination des émotions du visage sous-tendrait le déficit social caractéristique de l'autiste. Médecine humaine et pathologie. 2014. 〈dumas-01499508〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

100

Téléchargements de fichiers

132