Étude observationnelle pour évaluer l'impact des entretiens pharmaceutiques à l'officine sur la prise en charge des patients diabétiques de type 2

Résumé : Le diabète de type 2 est caractérisé par une élévation du taux de sucre dans le sang. De nos jours, il est qualifié d’épidémie silencieuse du XXI siècle. En effet, son incidence évolue constamment. L’évolution des comportements liés à l’alimentation et l’activité physique sont les principaux paramètres qui influencent cette courbe. De plus, le diabète évolue de manière asymptomatique. Une partie de la population est diabétique et ne le sait pas. Au moment où le diagnostic de diabète de type 2 est posé, il est souvent trop tard : cela implique que le diabète est avancé et que le patient a déjà des risques de complications (vasculaires, rénales). À ce stade, les patients sont touchés mais aussi notre système de soins. Le diabète de manière générale représente 10% de nos dépenses de santé. Un diabète compliqué coûte très cher à l’Assurance maladie. En effet, plus le diabète est avancé, et plus la prise en charge devient complexe et chère : les traitements, les rendez-vous médicaux, le coût d’hospitalisation lié aux complications. Pour combattre ce fléau, il n’y a qu’un seul moyen : la prévention. Il existe plusieurs types de prévention. La Haute Autorité de Santé a défini des référentiels pour chaque type de prévention. La prévention primaire consiste à repérer les personnes à risque afin d’éviter la survenue du diabète. La prévention secondaire consiste à mettre en place des actions de repérage et dépistage afin de diagnostiquer un patient diabétique et ainsi prendre en charge ce dernier le plus tôt afin d’éviter que le diabète ne se complique. La prévention tertiaire consiste à surveiller la survenue des complications à travers le respect de la prise en charge médicamenteuse, du parcours de soins et des recommandations du professionnel de santé. Le respect de ces recommandations est important dans la prise en charge des patients, car il conditionne la santé de ces derniers (amélioration de l’HbA1c –indicateur de l’équilibre glycémique- et diminution du risque de survenue des complications) et le volume de dépenses de santé liées au diabète (moins de complications riment avec un volume de dépenses plus faible). Plus un patient est respectueux de ces recommandations, plus on dira qu’il est « observant ». Cependant, les études ont montré que l’observance des patients diabétiques était défectueuse. Il y a plusieurs raisons qui peuvent l’expliquer : préoccupations concernant le médicament, difficulté d’accès aux soins, oubli, profil du patient, perception du patient de sa maladie et de ses traitements, dépression, nature de la relation patients-médecins. En décryptant les causes de non-adhésion des patients aux recommandations de la HAS, différentes stratégies ont été adoptées pour combattre la non observance. L’offre de soins est de plus en plus centrée sur les patients à travers une prise en charge multidisciplinaire et personnalisée en fonction des besoins de chaque patient. L’éducation thérapeutique et l’accompagnement vers le changement comportemental sont les principales stratégies adoptées. Cela passe par la compréhension de différents modèles comportementaux. D’autres stratégies s’appuient sur la redéfinition des relations entre patients et professionnels de santé et sur la capacité à engager davantage les professionnels de santé dans la prise en charge des patients. La construction de nouvelles structures favorise la prise en charge pluridisciplinaire, de nombreux programmes d’éducation thérapeutique et actions d’accompagnements ciblés sur le diabète, tels que ETADI et SOPHIA, se développent. Les solutions e-santé font aussi parti de ce mouvement. Les laboratoires pharmaceutiques, l’Assurance maladie, les professionnels de santé, et notamment le pharmacien sont très largement impliqués dans la mise en place de ces solutions. En effet, il existe des enjeux pour chacun. Les médecins sont les premiers interlocuteurs du patient, les pharmaciens veulent faire valoir leur expertise, l’AM et les laboratoires pharmaceutiques y trouvent principalement un enjeu financier important. En effet, l’amélioration de l’observance des patients augmente les ventes de médicaments pour les industriels du médicament et permet un meilleur équilibre du diabète en contribuant à la diminution du risque de survenue des complications, ce qui diminuent les dépenses de santé de l’AM. La mise en place de la loi HPST a redéfini les missions des pharmaciens en lui donnant plus de responsabilités dans son rôle de conseil et d’accompagnement des patients atteints de maladies chroniques. Dans la même lignée, la nouvelle convention pharmaceutique issue des négociations entre l’UNCAM et les 3 syndicats de pharmaciens d’officine est entrée en vigueur le 7 mai 2012, permettant au pharmacien de fournir des entretiens pharmaceutiques aux patients asthmatiques ou sous traitement anticoagulant. Cependant, ces entretiens demeurent assez mal déployés et l’évaluation reste pauvre concernant les données médicales et médico-économiques en France. Au Royaume-Uni, les entretiens pharmaceutiques ont été déployés et ont montré de bons résultats sur le plan médico-économique. Ce point est positif, mais il faut être prudent car les modèles sont différents. Le laboratoire MSD a décidé de mener une étude observationnelle durant 1 an afin de mesurer l’impact des entretiens pharmaceutiques sur la prise en charge des patients diabétiques de type 2. Pour cela, il s’est appuyé sur un réseau de pharmacies d’officine séparé en 2 groupes : cas et témoins. Le groupe « cas » a reçu une information éducative sur le diabète et ses traitements. Les résultats de l’étude ont montré que le MPR n’a pas évolué dans les 2 groupes. En revanche, nous avons remarqué une différence significative sur la diminution du taux d’HbA1c dans les 2 groupes. Ainsi, nous avons prouvé que l’apport d’une éducation thérapeutique et le rôle du pharmacien impactent la santé du patient diabétique. En revanche, le design de l’étude n’a pas permis de tirer des conclusions du point de vue médico-économique. Il semble maintenant judicieux pour les 3 parties prenantes (Syndicats de pharmaciens, Assurance Maladie et Laboratoires pharmaceutiques) d’entrer en négociation afin de trouver un accord pour mettre en routine « les entretiens pharmaceutiques diabète ». Cela permettrait ainsi d’améliorer à la fois la santé des patients mais aussi la santé financière de notre système de soins.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [52 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01505201
Contributeur : Pharmacie Amu <>
Soumis le : mardi 11 avril 2017 - 09:46:05
Dernière modification le : jeudi 17 mai 2018 - 01:24:16
Document(s) archivé(s) le : mercredi 12 juillet 2017 - 12:43:41

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01505201, version 1

Citation

Julien Bouaziz. Étude observationnelle pour évaluer l'impact des entretiens pharmaceutiques à l'officine sur la prise en charge des patients diabétiques de type 2. Sciences pharmaceutiques. 2017. 〈dumas-01505201〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

197

Téléchargements de fichiers

222