L’eczéma : exemple de l’eczéma de contact des paupières

Résumé : Le terme d’eczéma regroupe plusieurs entités semblables sur le plan clinique avec des symptômes proches (phase aigüe et phase chronique), mais des localisations qui diffèrent. La physiopathologie quant à elle est différente en fonction du type d’eczéma. Le but de ce travail est de différencier ces différentes formes de dermatose puis dans un second temps j’ai souhaité aborder l’eczéma de contact allergique de la paupière. L’eczéma atopique ou dermatite atopique est généralement l’entité la plus connue. Elle se déclare majoritairement chez le nourrisson, et on retrouve fréquemment une atteinte chez un, voire chez les deux parents (histoire familiale). Cette pathologie se soigne par des traitements immunosuppresseurs ou corticoïdes par voie orale et/ou par des topiques que sont les dermocorticoïdes et le Protopic®. Le choix du traitement se fait en fonction de l’intensité de la pathologie. On retrouve d’autres traitements tels que les cures thermales et autres non traités ici. En dehors des crises, il faut privilégier l’hydratation cutanée par l’application quotidienne d’émollient, et l’utilisation de savon surgras. On essaye de lutter contre la xérose cutanée qui est le problème de fond de la pathologie. Les conseils à donner pour diminuer la survenue des crises sont ceux favorisant l’hydratation et la restauration du film hydro-lipidique au niveau cutané. L’eczéma de contact ou dermatite de contact regroupe deux pathologies : la dermatite de contact allergique et la dermatite de contact irritative. L’eczéma de contact est une pathologie professionnelle, bien qu’elle soit aussi liée à l’application de produits cosmétiques et de certains médicaments (collyre). La dermatite de contact allergique est causée par une réaction allergique retardée mise en évidence par des patchs tests (tests de diagnostic permettant de mettre en évidence les réactions allergiques retardées). Afin d’orienter le praticien sur le choix des tests à effectuer, l’anamnèse du patient est très importante. Il faut au vu des résultats des tests juger de leur pertinence. En fonction de ces résultats, on donnera les conseils d’éviction des allergènes au patient afin qu’il élimine toutes les sources le contenant. Ainsi en évitant l’exposition on évite la survenue des symptômes. La dermatite de contact irritative ne résulte pas d’un mécanisme allergique, mais est liée à une sollicitation excessive de la peau par des irritations physiques et/ou chimiques. Elle se développe de manière plus lente que l’eczéma de contact allergique et traduit en quelque sorte un épuisement cutané, et ici la peau sera moins rouge, démangera moins mais brûlera davantage. L’eczéma de contact de la paupière est une pathologie souvent rencontrée en officine, liée à l’utilisation de produits cosmétiques. De nombreuses femmes feront ce type d’eczéma à cause d’un produit cosmétique appliqué au niveau des yeux. Il ne faut pas oublier que c’est une maladie professionnelle rencontrée fréquemment dans certains corps de métier comme par exemple chez les coiffeurs et les poseurs de faux ongles. Du fait de la particularité anatomique de la paupière, c’est une zone très réactive expliquant ainsi le nombre important d’eczéma à cette localisation.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [216 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01543950
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 21 juin 2017 - 11:49:28
Dernière modification le : mardi 24 octobre 2017 - 01:15:38

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01543950, version 1

Collections

Citation

Gaël Bottais. L’eczéma : exemple de l’eczéma de contact des paupières. Sciences pharmaceutiques. 2017. 〈dumas-01543950〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

43

Téléchargements de fichiers

70