Nicolas Baullery (vers 1560 - 1630), enquête sur un peintre parisien à l'aube du Grand Siècle

Résumé : Nicolas Baullery (vers 1560 – 1630) est issu d’une ancienne famille parisienne (et non d’origine flamande, comme on l’a longtemps cru) ancrée dans le monde artistique. Fils du maître peintre Jérôme Baullery (vers 1532 – 1598), et petit-fils du maître facteur d’orgues Pasquier Baullery, Nicolas Baullery commence tôt sa carrière de peintre, et est cité comme maître de la corporation parisienne des peintres et sculpteurs dès 1584. Au terme d’une carrière exceptionnellement longue, le peintre a eu l’occasion de participer à de nombreux travaux, et de montrer ses capacités dans de nombreux domaines : il réalise sans interruption tous les « petits mays » commandés par la confrérie des orfèvres pour Notre-Dame de Paris entre 1607 et 1612, et met son talent au service des institutions religieuses parisiennes : il peint une Descente de Croix pour le chapitre des Chartreux, une Annonciation pour le maître-autel des Blancs-Manteaux, une Adoration des mages pour les franciscains de Picpus, et peint un carton de tapisserie pour une tenture destinée à l’église de Saint-Jean-en-Grève. Baullery reçoit également des commandes émanant des provinces françaises : c’est probablement pour le couvent des Cordeliers de Charly-sur-Marne qu’il peint le Christ devant Pilate (collection particulière), et il reçoit la commande d’une grande Adoration des bergers (Toulouse, cathédrale Saint-Etienne) pour le couvent des Tierçaires de Toulouse. L’artiste a également l’occasion de travailler pour la gravure : il collabore avec son ami d’enfance Jean IV Leclerc à l’édition de plusieurs planches représentant l’Entrée d’Henri dans Paris, et le Sacre de Marie de Médicis. Des quelques œuvres parvenues jusqu’à nous, on retient un art original, qui se détache du maniérisme de la Seconde École de Fontainebleau pour s’inspirer plus librement de l’art flamand et vénitien, dans un mariage inédit entre l’art coloré de Bassano et les scènes triviales de Brueghel. Annonçant peut-être les « peintres de la Réalité » qui animent l’art français dans les décennies suivant sa mort, Baullery apparait comme la figure caractéristique de l’artiste « à cheval » entre deux siècles et réceptif aux multiples solutions esthétiques visibles à Paris entre 1580 et 1630.
Mots-clés : Peinture Arts graphiques
Type de document :
Mémoires
Art et histoire de l'art. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [644 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01543952
Contributeur : École Du Louvre Paris <>
Soumis le : mercredi 21 juin 2017 - 11:50:58
Dernière modification le : mardi 10 octobre 2017 - 13:47:48
Document(s) archivé(s) le : dimanche 17 décembre 2017 - 15:17:20

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01543952, version 1

Collections

Citation

Vladimir Nestorov. Nicolas Baullery (vers 1560 - 1630), enquête sur un peintre parisien à l'aube du Grand Siècle . Art et histoire de l'art. 2014. 〈dumas-01543952〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

45

Téléchargements de fichiers

83