Les appareils de prise de vues de la société Aaton (1971-2013). Du « direct » au « numérique » : enjeux techniques et esthétiques

Résumé : Aaton est un nom familier pour les professionnels du cinéma, en Europe comme outre-Atlantique. Fondée en 1971 par un jeune ingénieur, Jean-Pierre Beauviala, et implantée dans le centre-ville de Grenoble, l’entreprise s’est d’abord faite connaître grâce à ses caméras 16 mm au timecode intégré qui se portent, comme l’indique le slogan, comme « un chat sur l’épaule ». Née dans l’effervescence politique de l’après 1968 et construite à partir d’un modèle organisationnel atypique, la société connaît rapidement ses premiers succès économiques. Elle saura se diversifier en concevant également une gamme de caméras 35 mm, un appareil en vidéo analogique – la « Paluche » –, des caissons pour prise de vues sous-marines, un enregistreur sonore numérique multipiste de référence – le Cantar –, un scanner haute-définition de pellicule 35 mm, etc. La qualité des appareils Aaton, largement reconnue par la profession, ainsi que l’attention particulière que porte Jean-Pierre Beauviala à la parole des utilisateurs ont fait de la société grenobloise un partenaire privilégié pour de nombreux cinéastes et techniciens professionnels. Mais, malgré l’inventivité de son dirigeant qui en est l’incarnation charismatique, sa réputation, les liens forts qui peuvent exister entre elle et ses clients, et le succès commercial du Cantar, l’entreprise n’a pas su s’adapter suffisamment aux récentes mutations du marché des appareils de prise de vues. La transition numérique du cinéma sonne ainsi le glas de la carrière de Jean-Pierre Beauviala à la tête d’Aaton.
L’idée de départ de ce travail était de comprendre les enjeux techniques et esthétiques du passage de la fabrication d’appareils de prise de vues argentiques à la conception d’une caméra numérique atypique au sein de la société Aaton. Cette entreprise apparaissait, pour deux raisons principales, comme un cas particulier au sein de l’industrie audiovisuelle. Tout d’abord, elle a mis en avant, par l’intermédiaire de la personnalité et du discours de Jean-Pierre Beauviala, une approche spécifique de la technique cinématographique qui mêle inextricablement innovation et théorisation. D’autre part, la Pénélope-Delta représentait une approche originale du tournant numérique, puisqu’elle était censée théoriquement préserver une richesse – identifiée par Beauviala comme propre à la pellicule – tout en étant un appareil entièrement numérique haut de gamme, faisant appel à des ressources informatiques de pointe. Ainsi, cette caméra apparaissait comme la cristallisation d’une contradiction : une envie de développer des outils numériques tout en critiquant cette technologie, de franchir le pas tout en créant de la continuité (...)
Type de document :
Mémoires
Art et histoire de l'art. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [206 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01556784
Contributeur : Ufr Arts, Lettres, Communication Rennes 2 <>
Soumis le : mercredi 5 juillet 2017 - 15:20:31
Dernière modification le : lundi 26 mars 2018 - 15:26:22
Document(s) archivé(s) le : mardi 23 janvier 2018 - 20:16:58

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01556784, version 1

Citation

Denis Grizet. Les appareils de prise de vues de la société Aaton (1971-2013). Du « direct » au « numérique » : enjeux techniques et esthétiques. Art et histoire de l'art. 2017. 〈dumas-01556784〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

131

Téléchargements de fichiers

135