Conciliation médicamenteuse proactive et rétroactive dans un service chirurgical : méthodologie, formation de l'équipe pharmaceutique et premiers résultats

Résumé : De par son important coût humain et économique, la iatrogénie médicamenteuse constitue un enjeu majeur de santé publique. La pharmacie clinique concourt à sa maîtrise, en sécurisant et en renforçant la qualité de la prise en charge médicamenteuse du patient. Largement encouragée par les autorités sanitaires françaises et internationales, la conciliation des traitements médicamenteux est l'une des méthodologies de prévention et de correction de l’erreur médicamenteuse. Elle intervient spécifiquement aux points de transition du parcours de soins du patient et contribue à développer le lien entre la ville et l’hôpital. Notre objectif est d'implanter cette démarche à l'admission des patients au sein de l’Hôpital d’Instruction des Armées Laveran et d'instaurer des mesures pour pérenniser cette activité. Pour cela, nous avons choisi de cibler, dans un premier temps, les patients âgés de 65 ans et plus hospitalisés dans le service de chirurgie viscérale. Un compte-rendu de la conciliation est tracé dans le dossier patient informatisé et, le cas échéant, dans le dossier médical partagé. Les résultats de l'implantation de la conciliation médicamenteuse pour les 50 premiers patients sont présentés. Quatre sources par patient ont été consultées en moyenne pour établir le Bilan Médicamenteux Optimisé (BMO). La méthode proactive (32 % des patients) s’accompagne d’une transcription informatique du BMO, sous la forme d'une pré-prescription dans le logiciel d'aide à la prescription, avec 83 % des lignes du BMO signées par le prescripteur. Les motifs de non validation médicale correspondent à la présence de médicaments inappropriés au regard de l'intervention chirurgicale ou encore à des adaptations thérapeutiques liées à l'état clinique. La méthode rétroactive (68 % des patients) recense en moyenne 2 ± 3 divergences non intentionnelles identifiées par patient, ou erreurs médicamenteuses. Celles-ci ont été corrigées dans 39 % des cas. La gravité potentielle de ces erreurs est majeure dans 22 % des cas, significative dans 23 % des cas et mineure dans 55 % des cas. Les divergences intentionnelles non documentées sont au nombre de 0,4 ± 1 en moyenne par patient. Parallèlement, cette activité étant chronophage, il nous semblait essentiel, pour la pérenniser, de concevoir une formation interne à la conciliation médicamenteuse, basée sur la simulation pour impliquer plus de personnels, comme les préparateurs en pharmacie hospitalière et les externes en pharmacie. Ainsi, 7 personnels de l’équipe pharmaceutique ont déjà bénéficié de cette formation, scindée en 4 modules théoriques et une partie pratique, regroupant un minimum de 6 cas concrets. En accord avec les données de la littérature, les erreurs médicamenteuses identifiées justifient le développement de la conciliation médicamenteuse, notamment en service de chirurgie. Notre expérimentation nous a permis d'identifier les freins et les limites de la démarche et d'appréhender des pistes d'amélioration, de pérennisation et de déploiement auprès du service des urgences et des services médicaux, plus adaptés à l'implantation d'une conciliation de sortie.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [205 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01612981
Contributeur : Pharmacie Amu <>
Soumis le : lundi 9 octobre 2017 - 09:52:38
Dernière modification le : lundi 20 novembre 2017 - 01:09:51

Fichier

 Accès restreint
Fichier visible le : 2018-09-29

Connectez-vous pour demander l'accès au fichier

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01612981, version 1

Citation

Amandine Ladaique. Conciliation médicamenteuse proactive et rétroactive dans un service chirurgical : méthodologie, formation de l'équipe pharmaceutique et premiers résultats. Sciences pharmaceutiques. 2017. 〈dumas-01612981〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

28