Traitement des doubles discopathies lombaires par montage hybride : résultats cliniques et radiologiques

Résumé : Introduction
Dans une population de patients lombalgiques, 20% ont une double discopathie sur l’IRM. La fusion présente de bons résultats cliniques mais expose au risque de syndrome adjacent. L’arthroplastie, technique largement utilisée pour les discopathies mono-étagées, n’est pas recommandée sur plus d’un étage par les autorités de santé. Le montage hybride, qui consiste en l’association d’une fusion antérieure (ALIF) et d’une prothèse de disque lombaire (PDL), semble combiner les avantages des deux techniques. Le but de notre étude était d’évaluer les résultats cliniques et radiologiques des patients avec double discopathie traités par montage hybride.
Matériels & Méthodes
Entre mars 2008 et septembre 2016, 41 patients (âge moyen = 41 ans) opérés d’un montage hybride (PDL en L4-L5, ALIF en L5-S1) ont été suivis. Ils présentaient une lombalgie chronique depuis plus de 6 mois en échec du traitement médical avec une double discopathie objectivée à l’IRM. Les scores cliniques (ODI, EVA L, EVA R) ont été recueillis en pré-opératoire, à 3 mois, 6 mois, 1 an et au dernier recul (3,8 ans [1-9]). Des radiographies avec clichés dynamiques étaient réalisés à un an et au dernier recul.
Résultats
Les données étaient complètes pour 33 patients à 1 an et 17 patients au dernier recul.
Résultats principaux
L’ODI pré-opératoire était de 43 avec une amélioration significative à 6 mois (-15 pts), 1 an (-21 pts) et au dernier recul (-22 pts). 70 % des patients avaient une amélioration de plus de 25% de l’ODI à 1 an. L’EVA L pré-opératoire moyenne était de 6,7, diminuée à 4 à 3 mois (p<0,001), et à 3 à 1 an (p<0,001). L’EVA R pré-opératoire moyenne était de 3,8, diminuée à 2 à 1 an (p=0,046). L’amélioration du SF 12 n’était significative que sur le versant physique à partir de 6 mois.
Résultats secondaires
La lordose globale (50° vs. 54°) et L4-S1 (31,4° vs. 37°) était augmentée mais seule la lordose L5-S1 l’était de manière significative (7,6° vs. 13,6°). La mobilité moyenne de la prothèse à 1 an était de 6,8° [0-15], avec une réserve d’extension de 1,9° [1-8]. Le taux de fusion était de 100% à 1 an. Le taux de complications global était de 14%. Quatre patients (9,7 %) ont été réopérés en L4-L5 en moyenne à 3,3 ans pour lombalgies persistantes. Aucun patient n’a été réopéré pour syndrome adjacent.
Conclusion
Nos résultats suggèrent que le montage hybride est une technique sûre avec des résultats cliniques favorables. Cette amélioration est significative à partir de 6 mois avec une poursuite de l’amélioration jusqu’à 1 an. Le syndrome adjacent semble limité mais des études avec un recul plus long sont nécessaires.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2017
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [91 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01631639
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 9 novembre 2017 - 15:14:16
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:48
Document(s) archivé(s) le : samedi 10 février 2018 - 15:00:16

Fichier

2017NICEM125.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01631639, version 1

Citation

Antoine Gennari. Traitement des doubles discopathies lombaires par montage hybride : résultats cliniques et radiologiques. Médecine humaine et pathologie. 2017. 〈dumas-01631639〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

93

Téléchargements de fichiers

132