Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Figures de l’émancipation féminine et masculine dans la littérature de jeunesse de 2000 à aujourd’hui

Résumé : Malgré l’évolution de la société et de la condition féminine, une grande partie de la littérature de jeunesse d’aujourd’hui véhicule encore des stéréotypes sexistes. Quelques éditeurs et associations s’engagent pour combattre les idées reçues dans la littérature de jeunesse et notamment les stéréotypes de genre. Paradoxalement, cette littérature de jeunesse participe pour partie à l’enracinement des stéréotypes de genre, et tente aussi de déconstruire ces stéréotypes sexistes en donnant une autre vision de la femme, de l’homme et des rapports hommes/femmes. Depuis les années 1960, de nombreuses études ont été faites sur la représentation des personnages féminins et masculins dans la littérature enfantine. J’ai décidé de travailler plus particulièrement sur des ouvrages qui luttent contre les stéréotypes de genre. D’après mes recherches, voici la typologie que j’ai définie afin d’illustrer les différents sous-thèmes de la littérature de jeunesse : la confrontation de stéréotypes et de contre-stéréotypes sous forme narrative (T. Lenain, C. Proteaux, Menu fille ou menu garçon ? Nathan, 1996 ; S. Carquain, E. Blain, Les lutines se mutinent, Talents hauts, 2009) ; la présence d’antihéros et d’antihéroïnes (N. Hense, I. Green, Marre du rose, Albin Michel Jeunesse, 2009), le droit à la différence (B. Lacombe, Longs cheveux, Talents hauts, 2010), les figures de l’émancipation, la déconstruction en acte des stéréotypes (M.-S. Roger, A. Sol, À quoi tu joues ?, Sarbacane, 2009 ; T. Lenain, Mademoiselle Zazie a-t-elle un zizi ?, Nathan, 2004), l’introduction d’un troisième personnage dit neutre pour dépasser le schéma binaire garçon, fille (G. Raisson, C. Perrin, T'es fleur ou t'es chou ?, Rue du monde, 2008) et le détournement des contes traditionnels (S. Servant, L. Le Saux, Boucle d’ours, Didier Jeunesse, 2013 ; G. Aymon, J. Castanié, La Princesse Rose-Praline, Talents hauts, 2010). Cette typologie regroupant un nombre important de titres, j’ai réduit mon sujet à l’un de ces sous-thèmes, à savoir : les figures d’émancipation.La thématique de l’émancipation est intéressante pour plusieurs raisons. Elle est d’abord présente de manière inégale dans la littérature de jeunesse du cycle 1 au cycle 3 : elle est absente ou presque du cycle 1 et est davantage abordée au cycle 3. De plus, le terme « émancipation » est polysémique et intrinsèquement lié à un contexte politique, juridique et historique. J’ai décidé d’étudier les figures de l’émancipation, à la fois des personnages féminins et des personnages masculins. Le corpus se compose de sept œuvres publiées entre 2001 et 2014. La première partie de ce corpus est composée de trois œuvres illustrant l’affranchissement d’une autorité ou d’une domination. Il s’agit de Vite, vite, chère Marie ! (Niels Mogens Bodecker et Erik Blegvad, 2004), À calicochon (Anthony Browne, 2013) et de L'Histoire impossible à peindre (Claire Ubac, 2004).
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [28 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01723230
Contributor : Admin Upec <>
Submitted on : Monday, March 5, 2018 - 1:58:49 PM
Last modification on : Friday, October 4, 2019 - 1:07:56 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, June 6, 2018 - 3:04:02 PM

File

Guillaume_2017_memoire.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01723230, version 1

Collections

Citation

Claire Guillaume. Figures de l’émancipation féminine et masculine dans la littérature de jeunesse de 2000 à aujourd’hui. Education. 2017. ⟨dumas-01723230⟩

Share

Metrics

Record views

610

Files downloads

1160