Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les mélanges de plantes médicinales dans une officine de pharmacie : évolution de leur consommation en 1985 et 1986

Résumé : L'enseignement de cette étude est multiple. Il permet de mettre en évidence la facilité avec laquelle se crée un engouement pour un mode de traitement par automédication et aussi la fragilité de cet engouement. La sortie en librairie du livre de Rika Zaraï coïncide avec le "pic" de 1986 (annexe 2), plus de la moitié des formules en provient. Mais la mode est faite pour passer ; il sera intéressant de suivre l'évolution des ventes et de la demande en matière de mélanges de plantes en 1987. On montrera alors que l'inflexion se poursuit sous l'action conjuguée de la concurrence des grands magasins et surtout de la désaffection réactionnelle du public pour les tisanes. On constate aussi, malheureusement, que le pharmacien face aux simples se trouve la plupart du temps désarmé. Il est désarmé lorsqu’il s'agit de contrôler l'origine géographique de la plante, son identité botanique, son état de conservation. Bien sûr, le pharmacien se doit de consulter la Pharmacopée française mais toutes les drogues du marché n'y figurent pas et il n'est pas toujours facile de trouver la monographie désirée dans le dédale des éditions successives. Les fiches de documentation de pratique officinale relatives aux drogues d'origine végétale sont très utiles, mais leur nombre est encore insuffisant (78 fiches) et on aimerait plus de renseignements d'ordre pratique tels que : description d'espèces proches pouvant être confondues avec la drogue, durée maximale et conditions de conservation, aire géographique favorable à l'obtention d'une plante de qualité, nature du terrain qui lui est propice, etc... (cf annexe 4). Le bien-fondé d'associations de plantes dans certains mélanges reste aussi à démontrer. Pour ce faire, le pharmacien n'a pas à sa disposition les ouvrages nécessaires. D'ailleurs les mélanges étudiés proviennent, à une exception près, de sources non scientifiques. Les prescriptions phytothérapeutiques concernent presque exclusivement, à la pharmacie Centrale, la préparation de mélanges de S.I.P.F. et de nébulisats. Les médecins, même ceux attirés par les médecines douces ne prescrivent donc pas de tisane ; ils préfèrent faire confiance à des formes galéniques plus sophistiquées qui leur sont d'ailleurs présentées par les laboratoires. L'absence de confiance des prescripteurs à l'égard des tisanes provient d'un manque d'information et aussi de la trop grande vulgarisation dont font l'objet les tisanes dans les média, on en arrive à douter du sérieux, de la crédibilité de tels médicaments. A l'heure où le ministère chargé de la santé cherche à étendre la notion d'autorisation de mise sur le marché (A.M.M.) aux spécialités pharmaceutiques à base de plantes, on observe à travers les prescriptions une offensive menée par les fabricants d'extraits de plantes (comme les suspensions ou les nébulisats). Ne serait-ce pas là une façon d'éviter les lourdes contraintes de la constitution d'un dossier d'A.M.M. ? Au lieu d'élaborer une spécialité pharmaceutique, il est plus facile et certainement plus rentable de fabriquer la base de préparations magistrales qui ne nécessite encore aucune autorisation. Sur le plan économique, la phytothérapie et l'homéopathie peuvent être comparées. Leurs évolutions respectives sont riches d'enseignements. Globalement et sur une courte période, on observe d'une part que l'homéopathie a atteint un plateau, un plateau élevé et ne progresse pratiquement plus tandis que d'autre part, la phytothérapie prise dans son ensemble suit une évolution à la hausse. On peut trouver à cela diverses explications. Une s'impose, l'homéopathie -au moins dans la région de Saint-Marcellin - a connu une évolution explosive durant ces dix dernières années et a maintenant atteint son rythme de croisière. Les médecins homéopathes sont installés et entretiennent une clientèle stable. La phytothérapie rationnelle, quant à elle, est nouvelle dans l'esprit des gens et aussi dans celui des médecins qui, pour tenter d'échapper aux difficultés économiques que connait leur profession, se tournent cependant de plus en plus nombreux vers cette thérapeutique. On manque de recul pour dire si l'avènement de la prescription phytothérapeutique sera durable ou pas ; quoi qu'il en soit, les nouvelles formes galéniques – telles les Suspensions Intégrales de Plantes Fraîches maintenant sur le marché - semblent des ébauches, des précurseurs de formes plus pratiques et plus sûres qui les remplaceront demain. Une catégorie de tisanes n'a été qu'effleurée dans cette thèse - dont ce n'était pas le sujet- il s’agit des tisanes prêtes à l'emploi que l'on pourrait appeler des tisanes-spécialités (annexes 6 et 7). Une comparaison entre les annexes 5 et 7 montre que les indications des mélanges magistraux et des tisanes-spécialités diffèrent légèrement. Si dans les deux cas, les tisanes amaigrissantes, hépatiques, laxatives et diurétiques font partie des meilleures ventes, il n'en est pas de même pour les mélanges sédatifs et antirhumatismaux. Les partisans des tisanes toutes prêtes semblent faire confiance à la phytothérapie pour traiter des affections plus "sérieuses" (insomnie , rhumatismes) que celles que cherchent à soigner les tisanes "miracles". On aborde ici la phytothérapie telle qu'elle devrait être conseillée dans les officines, celle des spécialités avec A.M.M., celle des maladies chroniques bénignes. Il reste donc encore à faire un effort de conseil au malade pour lui indiquer les mélanges garantis par une A.M.M. et adaptés à son cas. Une indication telle que l'infection urinaire récidivante bénigne devrait, contrairement à ce qui se passe actuellement, représenter un chiffre de vente élevé.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01783681
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Wednesday, May 2, 2018 - 3:49:37 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:56:03 AM
Long-term archiving on: : Monday, September 24, 2018 - 8:48:52 PM

File

1988GRE17021_girond_michel(1)(...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01783681, version 1

Citation

Michel Girond. Les mélanges de plantes médicinales dans une officine de pharmacie : évolution de leur consommation en 1985 et 1986. Sciences pharmaceutiques. 1988. ⟨dumas-01783681⟩

Share

Metrics

Record views

99

Files downloads

1064