Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude rétrospective sur les causes de retrait de l’implant hormonal contraceptif chez les femmes Alukus, Wayanas et Tekos, suivies au CDPV de Maripasoula

Résumé : Introduction : L’implant hormonal sous cutané est le moyen contraceptif le plus efficace avec une durée d’action de 3 ans. Il semblait indispensable de le proposer aux femmes de Maripasoula où le taux de natalité bat des records nationaux. L’objectif principal de cette étude est de déterminer quels sont les facteurs associés à l’arrêt de l’utilisation de l’implant chez les patientes Wayanas, Tekos et Alukus suivies régulièrement au CDPV de Maripasoula. Les objectifs secondaires étaient d’évaluer l’efficacité des méthodes contraceptives actuellement disponibles auprès de ces femmes et d’en étudier leurs impacts culturels. Matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective sur dossiers de patientes d’origines Alukus, Tekos et Wayanas suivies régulièrement par l’équipe médical du CDPV de Maripasoula durant une période comprise entre le 1er janvier 2007 au 1er janvier 2015. 126 patientes ont été inclus dans cette étude. Résultats : Une association significative de retraits anticipés a été observée en cas de ménorragies : 53% des retrait anticipés ( p<0,001vs 10% des retraits normaux )chez les patientes utilisatrices de l’implant. Nous observons une différence notable de survenue de ces ménorragies au sein de la population Alukus. Cela est responsable d’un abandon anticipé de cette méthode contraceptive par ces femmes (70% des femmes Alukus vs 12% de femmes Wayanas et 4% des femmes Tekos). Nous constatons également que 72% des femmes Amérindiennes présentaient des aménorrhées. Discussion : La survenue de ces effets secondaires sont responsables d’impacts socio-culturels totalement différents selon l’appartenance ethnique. Ainsi pour les femmes Amérindiennes l’implant semble être un contraceptif de choix alliant efficacité et avantages secondaires. Ces derniers ont un impact positif au sein de leur vie marital et sociétal. Ce phénomène est inconnu des femmes Alukus qui sont ainsi le plus souvent mises à l'écart de leur communauté. L’arrêt de ce moyen de contraception a des conséquences à plus grande échelle. Il participe de manière indirect à la survenue d’un nombre de grossesses non désirées. En effet chez les femmes Alukus 47,8% de grossesses survenues dans les 12 mois après le retrait de l’implant contraceptif n’étaient pas attendues. Conclusion : Il semble urgent de pouvoir mettre en place une méthode contraceptive efficace adaptée au mieux aux aspects culturels et aux modes de vie des populations Amérindiennes et Alukus.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [52 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01914436
Contributor : Pointe À Pitre Bhu <>
Submitted on : Tuesday, November 6, 2018 - 8:39:54 PM
Last modification on : Monday, July 20, 2020 - 6:46:02 PM
Long-term archiving on: : Thursday, February 7, 2019 - 5:21:23 PM

File

ThEse__Tall_Penda.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01914436, version 1

Collections

Citation

Penda Tall. Étude rétrospective sur les causes de retrait de l’implant hormonal contraceptif chez les femmes Alukus, Wayanas et Tekos, suivies au CDPV de Maripasoula. Médecine humaine et pathologie. 2017. ⟨dumas-01914436⟩

Share

Metrics

Record views

40

Files downloads

130