Maladie d'Alzheimer, équilibre occupationnel et qualité de vie

Résumé : INTRODUCTION Le monde connaît actuellement une croissance fulgurante de la démographie : d’après les estimations de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2018, la proportion mondiale de personnes âgées de plus de soixante ans doublera entre 2000 et 2050, et représentera plus d’une personne sur cinq. On devrait donc passer de 605 millions à deux milliards d’individus âgés de plus de soixante ans en cinquante ans. En lien avec la progression de l’espérance de vie, l’OMS prévoit ainsi une augmentation mondiale du nombre de personnes atteintes de démences telles que la maladie d’Alzheimer. Au cours de mes différentes expériences personnelles et professionnelles, j’ai pu faire le constat que l’entrée en Etablissement d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes (EHPAD) était souvent vécue comme un échec par la famille accompagnant un proche atteint de la Maladie d’Alzheimer. Les aidants sont parfois épuisés et les résidents peuvent connaître une transition difficile entre le domicile et le nouveau lieu de vie. Je me suis également rendue compte que la personne malade et son aidant rencontraient des difficultés importantes et étaient tous les deux concernés par la Maladie d’Alzheimer. Différents plans nationaux ont déjà été mis en place afin d’améliorer les pratiques des personnes touchées par la Maladie d’Alzheimer. Le dernier, le plan Maladies Neuro-Dégénératives (PMND) 2014-2019 est fondé sur quatre axes stratégiques : soigner et accompagner tout au long de la vie ; favoriser l’adaptation de la société aux enjeux des maladies neuro-dégénératives et atténuer leurs conséquences personnelles et sociales sur la vie quotidienne ; développer et coordonner la recherche ; faire de la gouvernance du plan un véritable outil d’innovation, de pilotage des politiques publiques et de la démocratie en santé. Parmi les grandes mesures développées par le PMND, on remarque entre autres la création de 74 nouvelles Equipes Spécialisées Alzheimer (ESA) sur l’ensemble du territoire (Ministère des Affaires sociales, de la Santé et des Droits des femmes, 2014). Les ESA dépendent des services de soin à domicile et peuvent compter des ergothérapeutes au sein de leurs effectifs. Je me suis donc posée la question suivante : quel est le rôle de l’ergothérapeute dans la prise en charge à domicile des personnes touchées par la Maladie d’Alzheimer ? Dans un premier temps j’aborderai dans cette étude la Maladie d’Alzheimer, puis je définirai ce qu’est l’ergothérapie et présenterai l’intérêt du maintien à domicile et les services proposés aux personnes touchées par la Maladie d’Alzheimer. Cet état des lieux global me conduira à la question de recherche qui guidera mon mémoire. Je m’appuierai sur le Modèle Canadien du Rendement et de l’Engagement Occupationnels (MCREO) de l’Association Canadienne des Ergothérapeutes, la pyramide des besoins selon la théorie de la qualité de vie de Maslow et enfin la définition de l’équilibre occupationnel selon Wagman. J’établirai un guide d’entretien fondé sur ces trois concepts pour répondre à ma question de recherche. Enfin je traiterai ce sujet à partir de la méthode clinique et des trois entretiens que j’ai menés auprès de trois ergothérapeutes travaillant en ESA.
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02043565
Contributor : Santé Uca <>
Submitted on : Thursday, February 21, 2019 - 9:55:20 AM
Last modification on : Saturday, March 16, 2019 - 1:58:25 AM
Long-term archiving on : Wednesday, May 22, 2019 - 1:44:56 PM

File

Brun Elise.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02043565, version 1

Collections

Citation

Elise Brun. Maladie d'Alzheimer, équilibre occupationnel et qualité de vie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02043565⟩

Share

Metrics

Record views

163

Files downloads

1230