Cancer de prostate faible risque diagnostiqué entre 2000 et 2010 : survie sans récidive et morbi-mortalité

Résumé : Introduction : le cancer de prostate se situe au cinquième rang mondial en terme d’incidence et au troisième rang de décès par cancer chez l’homme. Plusieurs facteurs de risques ont été évalué mais seuls les antécédents familiaux, l’origine afro-antillaise et l’âge ont été validés. Le cancer de prostate de faible risque de D’Amico est caractérisé par son évolution lente et latente. Cependant les traitements conférés peuvent entrainer des morbidités entravant la qualité de vie. L’objectif de notre étude était d’analyser la survie spécifique et les troubles fonctionnels, du cancer de prostate et de sa prise en charge, des patients de l’hôpital de la Conception à Marseille diagnostiqués entre 2000 et 2010. Patients et méthodes : il s’agissait d’une étude monocentrique rétrospective comparative des patients de atteints de cancer de prostate de faible risque diagnostiqués à l’hôpital de la Conception entre 2000 et 2010. Nous avons comparé les 3 principales prise en charge : la surveillance active, la prostatectomie totale et la radiothérapie externe. Le critère de jugement principal était la survie spécifique : sans rechute biochimique, locorégionale, ganglionnaire, métastatique, et clinique (comprenant la récidive locorégionale, ganglionnaire et métastatique). Nous avons analysé les facteurs pouvant influencer le risque de rechute. Le critère de jugement secondaire était de comparer les résultats fonctionnels et leurs facteurs de risques aux dernières nouvelles. Résultats : nous avons inclus 104 patients atteints de cancer de prostate de faible risque. Le suivi médian était de 8 ans. Les patients opérés étaient plus jeunes (n= 51, 64 ans (± 8)) que les patients sous surveillance active (n=9, 72 ans (± 10) p= 0,02) ou que les patients irradiés (n= 39, 69 ans (± 8) p= 0,04) et leur indice de Charlson médian était moins élevé (2 [2 ; 3]) comparé aux patients surveillés (4 [3 ; 5] p=0,02). Il n’y avait pas de différence initiale pour les données initiales diagnostiques, anatomiques et fonctionnelles. Nous avons recensé 9 cas de rechute biochimique et 6 cas de rechutes cliniques parmi lesquelles il y avait 3 rechutes locorégionales, 1 rechute ganglionnaire et 2 rechute métastatiques. La surveillance active était prédictive de rechute biochimique et locorégionale, mais sans différence significative pour la rechute métastatique (p= 0,29) avec 100% de survie à 10 ans pour les patients opérés et surveillés, et 91% pour les patients irradiés. Aucune des données pré-thérapeutiques n’était prédictive de métastases. Seule la table de Partin-Eifler était prédictive de rechute biochimique et locorégionale pour les estimations de confinement à l’organe et d’extension extra-prostatique. Le PSA initial était plus élevé chez les patients qui avaient une rechute biochimique (8,4 vs 6,7 p= 0,02). Dans les données fonctionnelles nous n’avons pas retrouvé de différence significative pour la gêne urinaire par incontinence urinaire entre les 3 bras de traitement (p= 0,2). Les patients opérés avaient plus de gêne sexuelle (p= 0,01) mais moins d’urgenturies que ceux qui étaient irradiés (p= 0,05). Le volume prostatique élevé semblait être prédictif de gêne sexuelle et les antécédents d’infections uro-génitales étaient plus fréquentes chez les patients présentant une gêne urinaire aux dernières nouvelles. Aucun facteur de risque n’a été retrouvé pour l’incontinence urinaire d’effort. Les données de gêne par dysurie et digestive n’étaient pas suffisantes pour réaliser des analyses statistiques (1 patient uniquement). Conclusion : nos résultats et la littérature contemporaine n’ont pas mis en évidence de différence de survie spécifique liée aux métastases entre les 3 bras de prise en charge. Seules les taux de rechutes biochimiques et locorégionales, à 10 ans, étaient significativement plus importants dans le groupe des patients surveillés. Aux dernières nouvelles, la gêne sexuelle était plus fréquente chez les patients traités par prostatectomie totale et le taux d’urgenturie était plus important chez les patients irradiés. Le taux d’incontinence urinaire ne variait pas entre les 3 groupes de prise en charge.
Complete list of metadatas

Cited literature [253 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02080939
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Wednesday, March 27, 2019 - 10:22:11 AM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Friday, June 28, 2019 - 1:42:13 PM

File

THESE COMPLETE CHKIR Sadok.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02080939, version 1

Collections

Citation

Sadok Chkir. Cancer de prostate faible risque diagnostiqué entre 2000 et 2010 : survie sans récidive et morbi-mortalité. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02080939⟩

Share

Metrics

Record views

17

Files downloads

102