Retour à domicile sous nutrition artificielle de patients atteints de cancer au stade palliatif : informations transmises et place du médecin traitant dans la prise en charge

Résumé : Introduction : La place de la nutrition artificielle en soins palliatifs oncologiques est controversée. Aucun bénéfice sur la qualité de vie ou la survie n’a été prouvé si l’espérance de vie à l’introduction ne dépasse pas 2-3 mois. Le médecin référent à domicile est le médecin traitant. Objectifs : Décrire les informations transmises au médecin traitant et sa place dans la prise en charge de la nutrition artificielle. Cerner dans quelle démarche s’inscrit cette nutrition ; observer le devenir des patients à 3 mois ; établir un lien entre les informations transmises et l’attitude du médecin traitant. Matériel et méthode : L’étude prospective a été menée à Clermont-Ferrand de Juin 2017 à Mai 2018. Les patients étaient majeurs, atteints d’une néoplasie métastatique et/ou en chimiothérapie au-delà d’une 3ème ligne. Aucune chirurgie n’était envisagée. Les patients étaient sous nutrition artificielle depuis moins de 3 mois, encadrés à domicile par une HAD ou un prestataire. Les comptes-rendus correspondants à l’introduction de la nutrition ont été étudiés. Les médecins traitants ont été interrogés 3 mois après le retour à domicile de leur patient. Résultats : 93 patients ont été inclus. 30 comptes-rendus (32,3%) n’ont jamais été rédigés. L’indication de la nutrition était présente dans 74,6% des courriers, le poids dans 54%, les marqueurs biologiques de dénutrition dans 22,2%,les scores pronostiques jamais, le mot « palliatif » dans 26,6%, et l’avis du patient dans 9,5%. 59,1% des patients étaient décédés à 3 mois. 85,5% d’entre eux ont gardé la nutrition jusqu’à la semaine précédant le décès. Le PS de l’OMS était présent dans 41,3% des courriers et était ≥2 pour 88,5% des patients. Parmi eux, 69,6% étaient décédés à 3 mois (p = 0,046). 82 médecins ont été interrogés. Le taux de réponse était de 88,2%. Pour 62%, l’objectif de la nutrition artificielle ne leur avait pas été exposé. 73,2% estimaient leur patient en soins palliatifs lors de l’introduction de la nutrition artificielle, qu’ils jugeaient pertinente dans 91,5% des cas. 33% de ceux qui avaient une formation aux soins palliatifs la jugeaient « non pertinente » (p<0,001). 73,3% des médecins qui ont revu leur patient ont déclaré n’avoir fait aucune surveillance de la nutrition, 75% n’ont pas discuté de sa poursuite ou de son arrêt. 48,3% des médecins n’étaient pas à l’aise avec la nutrition, 30% se sentaient exclus de la prise en charge. Conclusion : Les informations transmises aux médecins traitants sont succinctes et incomplètes. Elles ne semblent pas influencer leur prise en charge. Le médecin intervient peu, sa place étant mal définie. La nutrition artificielle ne s’inscrit pas dans un projet défini. La mise en route d’une nutrition artificielle mérite d’être réfléchie, sa remise en question ultérieure est complexe. Une meilleure évaluation pronostique, et la prise en compte d’objectifs en termes de qualité de vie pourraient permettre d’optimiser la prise en charge du patient entre l’hôpital et le médecin traitant.
Complete list of metadatas

Cited literature [70 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02083420
Contributor : Santé Uca <>
Submitted on : Friday, March 29, 2019 - 9:13:15 AM
Last modification on : Tuesday, October 8, 2019 - 1:14:02 PM
Long-term archiving on : Sunday, June 30, 2019 - 12:53:24 PM

File

Thèse_CONNAN_Bérengère et D...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02083420, version 1

Collections

Citation

Bérengère Connan, Camille Demazières. Retour à domicile sous nutrition artificielle de patients atteints de cancer au stade palliatif : informations transmises et place du médecin traitant dans la prise en charge. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02083420⟩

Share

Metrics

Record views

38

Files downloads

84