Hépatite E : suivi d'une Cohorte de 2012 à 2018

Résumé : Introduction : l’hépatite E est un virus à ARN responsable de deux millions d’infections autochtones par an en Europe, principalement de génotype 3. La forme la plus répandue est l’hépatite aiguë : limitée, asymptomatique et de résolution spontanée. Mais cette infection peut avoir de lourdes complications chez les patients présentant une hépatopathie chronique, qui sont à risque de décompensation aiguë (ACLF), et chez les patients immunodéprimés, à risque de chronicisation et de cirrhose. Objectif : L’objectif de cette étude est de décrire une cohorte de patients atteints d’hépatite E dans une région de forte endémie. Méthode : les dossiers médicaux de tous les patients ayant présenté une hépatite E, prouvée par PCR, à l’hôpital universitaire de Marseille, France, ont été analysés rétrospectivement (n=105, période d’étude 08/2012-04/2018). Résultats : durant la période de l’étude 105 infections par le virus de l’hépatite E ont été diagnostiquées par PCR dans notre institution, la majorité de génotype 3 (n=85/105). L’âge médian des patients était de 55 [19-85] ans et le sex-ratio était de 3/1. La voie principale de contamination retrouvée était une consommation de viande porcine insuffisamment cuite. Cinquante patients de la cohorte étaient immunodéprimés. En comparant les patients immunocompétents et ceux immunodéprimés on note une virémie supérieure (p=0,002), un taux de d’ASAT, d’ALAT, de GGT et de bilirubine totale plus faible dans le groupe immunodéprimé (p=0,0002 ; p=0,0003 ; p=0,005 et p=0,027 respectivement). Le délai médian avant guérison était deux fois plus court dans le groupe immunocompétent (37 vs 74 jours, p=0,0036). Seize patients ont développé une hépatite chronique et parmi eux un patient non immunodéprimé a vu son infection se compliquer d’une cirrhose. Un patient immunodéprimé ayant développé une cirrhose virale E qui s’est compliquée de carcinome hépato-cellulaire. Trois patients ont présenté une ACLF (Acute on Chronic Liver Failure): un patient est décédé, le second a été transplanté et le troisième a récupéré sous traitement par ribavirine. Un traitement par ribavirine a été mis en place chez 27,6 % des patients. La guérison après premier traitement était de 79.3%. Conclusion : le virus de l’hépatite E, sur la période 2012-2018 a représenté une cause non négligeable d’hépatite dans notre région avec une transmission majoritairement zoonotique. Le diagnostic a été posé chez de nombreux patients présentant une immunodépression. Une attention particulière doit être mise pour ce sous-groupe de patients chez qui il reste à définir des recommandations de dépistages systématiques ou ciblés et de suivi.
Complete list of metadatas

Cited literature [67 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02086733
Contributor : Faculté de Médecine Amu <>
Submitted on : Monday, April 1, 2019 - 3:24:17 PM
Last modification on : Thursday, April 18, 2019 - 11:35:27 PM
Long-term archiving on : Tuesday, July 2, 2019 - 2:12:59 PM

File

THESE DECOSTER 23-10-2018.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02086733, version 1

Collections

Citation

Claire Decoster. Hépatite E : suivi d'une Cohorte de 2012 à 2018. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. ⟨dumas-02086733⟩

Share

Metrics

Record views

14

Files downloads

22