Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Traduction et interculturalité : le cas de Bord de canal d’Alfred Alexandre

Résumé : L’auteur martiniquais Alfred Alexandre est né en 1970 à Fort-de-France, ville qu’il connaît très bien et qui est récurrente dans son œuvre littéraire. Après des études de philosophie à Paris, Alexandre revient en Martinique où il réside encore actuellement. Il appartient à cette nouvelle génération d’écrivains antillais qui ont certainement reçu des influences de la Créolité, mais qui ne se limitent pas à traiter la question identitaire. Nous pourrions le qualifier de très éclectique, car il touche à presque tous les genres littéraires : il est auteur à la fois de romans : Bord de canal (2004), Les villes assassines (2011) et Le bar des Amériques (2016) ; d’un essai intitulé Aimé Césaire, la part intime (2014) et aussi de pièces de théâtre. Sa première pièce, La nuit caribéenne (2007), lui a valu une résidence d’écriture au Québec, conçue par l’ETC Caraïbe, pendant laquelle il a présenté sa seconde pièce théâtrale, Le patron (2009). En outre, Alfred Alexandre a publié des textes dans des ouvrages collectifs : « Taxi pays » dans Drive, l’errance ensorcelée (2009), « Césaire : poésie et vérité » dans Aimé Césaire, pour toujours (2011) et « Carnet d’îles » dans Première nuit, une anthologie du désir (2014). Il s’agit donc d’un auteur très actif et d’ailleurs déjà reconnu, d’autant que son premier roman, Bord de Canal, celui que nous avons choisi comme sujet de notre étude, lui a valu le Prix des Amériques insulaires et de la Guyane en 2006. Alfred Alexandre met en effet en scène la vie misérable des habitants d’une zone marginale située à l’ouest de Fort-de-France, dans un quartier dont la vie semble être marquée par le canal Levassor. Ce canal Levassor, encore appelé rivière Madame, agit en tant que frontière poissonneuse entre le monde des démunis et le monde des privilégiés. Il devient ainsi un véritable actant et même une sorte de gardien qui sépare le « bon » et le « mauvais » côté de la ville. Ce canal meurtrier tire les personnages vers le bas, de façon métaphorique et littérale, et dit toute la vie et la culture d’un pays socialement scindé depuis l’époque de l’esclavage. Les personnages d’Alfred Alexandre semblent contredire le philosophe grec Héraclite et sa célèbre citation « On ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve », signifiant que toutes les choses s’écoulent et que tout passe. Panta rhei. En effet, les personnages de Bord de Canal sont coincés dans leur propre réalité. Jours, semaines, mois et années, tout se ressemble, tout semble faire partie d’un même continuum temporel dans lequel il ne se passe jamais rien et duquel il est impossible de sortir. Nous chercherons à montrer dans cette étude le lien entre le fond et la forme dans cette œuvre et à souligner combien les choix d’écriture disent une culture et ses enjeux, à travers une traduction commentée, du français au castillan, afin de rendre compte et de tenter de transcender la difficulté de faire comprendre aux lecteurs espagnols une culture et une réalité tellement différentes de la leur.
Complete list of metadatas

Cited literature [112 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02142839
Contributor : Campus de Schoelcher Bu <>
Submitted on : Tuesday, May 28, 2019 - 8:53:03 PM
Last modification on : Saturday, November 30, 2019 - 1:45:39 AM

File

MémoireGomezPintado.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02142839, version 1

Citation

Raquel Gómez Pintado. Traduction et interculturalité : le cas de Bord de canal d’Alfred Alexandre. Linguistique. 2018. ⟨dumas-02142839⟩

Share

Metrics

Record views

54

Files downloads

96