Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

A propos des plantes carnivores : les Drosera

Résumé : L'histoire des plantes carnivores n'a guère plus de cent ans. Leur mode de vie, plus particulièrement leur mode de nutrition, a longtemps été considéré comme hérétique. Il a été à l'origine de multiples légendes, toutes aussi terrifiantes les unes que les autres. La science, aujourd'hui, a permis de les aborder de manière plus sereine et plus juste. Les plantes carnivores se répartissent en environ 530 espèces, regroupées en 7 familles. C'est cette grande disparité qui prouve que le passage au carnivorisme s'est produit de nombreuses fois, "engendrant plusieurs lignées évolutives coexistant actuellement et parfaitement étrangères entre elles". Le carnivorisme leur a permis de s'adapter à des milieux pauvres en nutriments, sans grande concurrence. Pour être carnivores, ces plantes ont dû subir des modifications morphologiques et biologiques : elles peuvent attirer, capturer, digérer et absorber leurs proies. Pour attirer leurs victimes, elles ont recours à des leurres visuels (prenons l'exemple des couleurs vives des pièges de Nepenthes), olfactifs (odeur de miel du mucilage de Drosophyllum) et/ou gustatifs (nectar sécrété par la Dionaea). Il existe aussi une très grande diversité de pièges que l'on peut classer en trois grands types : - piège actif (doué de mouvement rapide) ; - piège semi-actif (doué de mouvement lent) ; - piège passif (pas de mobilité). Le mouvement, qu'il soit rapide ou lent, s'explique par une croissance différentielle des cellules de la surface interne ou externe des feuilles, selon qu'il s'agisse de l'ouverture ou de la fermeture du piège. Vient ensuite la digestion dont le mécanisme est finalement proche de celui des animaux les proies sont transformées en matière assimilable, sous l'action d'enzymes digestives. Certaines espèces de plantes carnivores bénéficient en plus de l'action de bactéries présentes dans le suc et qui participent à la décomposition des insectes (les Nepenthes). En deuxième partie, nous nous sommes attardés sur les Drosera qui, dès le XVIe siècle, ont retenu l'attention pour leurs vertus médicinales. L'analyse chimique des composés a permis d'associer l'activité thérapeutique aux naphtoquinones (plus particulièrement à la plumbagine) présentes en quantité variable selon les espèces. Elle a également permis de connaître la composition du mucus produit en permanence chez les Drosera, la nature des enzymes sécrétées lors de la phase digestive. On notera d'ailleurs que la grande majorité des travaux faits sur les enzymes visent à mieux les connaître, et non à relier leur présence au rôle qu'elles jouent chez les plantes carnivores. Des méthodes d'extraction (par des solvants apolaires ou par chromatographies), des méthodes d'identification et de dosage ont été mises au point pour connaître la composition exacte des naphtoquinones présentes dans les extraits, les teintures de Drosera. De ces concentrations dépendent les actions physiologiques du Drosera : action spasmolytique et action antibactérienne. Grâce à ces actions, l'intérêt médical pour le Drosera s'est accru : les préparations à base de Drosera sont largement utilisées pour les affections trachéobronchiques comme la bronchite ou la toux d'irritation. Des utilisations thérapeutiques potentielles sont à envisager : la plumbagine semble, en effet, avoir des propriétés immunostimulantes à faible concentration. Elle aurait aussi une action anticoagulante qui lui permettrait de constituer un traitement de fond contre l'athéromatose. Il existe néanmoins un problème majeur : aujourd'hui, alors que l'utilisation du Drosera est importante, on assiste à une disparition quasi totale des espèces officinales. Peut-être, faudrait-il approfondir deux voies de recherche : - la mise en culture des Drosera ; - la recherche de plantes à plumbagine susceptibles de remplacer ces Drosera.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [44 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02273068
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Wednesday, August 28, 2019 - 2:32:04 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:56:03 AM

File

1993GRE17044_bouvier_isabelle(...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02273068, version 1

Citation

Bouvier Isabelle. A propos des plantes carnivores : les Drosera. Sciences pharmaceutiques. 1993. ⟨dumas-02273068⟩

Share

Metrics

Record views

51

Files downloads

287