Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Le travail dans un bar militant auto-­géré : d’un vecteur d’engagements et de gratifications, à un enjeu de lutte

Résumé : Ce travail de recherche rend compte des résultats d’une enquête ethnographique menée au sein d’un collectif de personnes engagées dans un bar autogéré nommé La Drisse. Au lieu de s’attarder sur la dimension subversive de leurs activités, ni même de proposer une analyse organisationnelle du travail militant, c’est bien plus de militant-es au travail dont il est ici question. La problématique générale questionne l’ambivalence entre d’une part la volonté de ces militant-es de créer un lieu ouvert et accessible aux profanes, tout en conservant, d’autre part, des pratiques et une identité militante fortes : pourquoi, en somme, des militant-es d’ordinaire très critiques à l’endroit du travail, en viennent à s’engager dans un lieu dont la modalité d’engagement principale est, précisément, le travail. En s’intéressant aux visions du monde et du travail des acteurs et actrices du lieu, cette recherche développe trois axes analytiques : le travail est successivement appréhendé comme un vecteur de socialisation, un moyen d'accéder à des gratifications, et un objet de la critique. Un vecteur de socialisation car l'intégration au collectif ne semble pas possible sans un investissement par le travail. Pour participer à la Drisse il faut y travailler, et c'est en y travaillant que l'on s'y intègre, et non pas en militant. Un moyen d'accéder à des gratifications car, en tant que voie d'accès privilégiée au groupe et au lieu, le travail permet d'engranger la légitimité nécessaire pour pérenniser l'engagement et donner accès à une plus grande diversité d'activités. Un objet car du fait même de sa centralité, le travail est la cible privilégiée des critiques, contestations, conflits et luttes. Plus généralement, cette étude s’emploie à récuser l’exotisme et la fascination que peut parfois susciter l’étude du militantisme. En prenant le travail comme point de départ, et en refusant de le considérer comme a priori subversif, il est possible, non pas de banaliser l’engagement radical, mais de l’incarner dans une quotidienneté que seule l’ethnographie peut fidèlement restituer. Ce mémoire est ainsi tout à la fois un travail empirique, et un plaidoyer pour l’usage de l’ethnographie dans la sociologie du militantisme en tant que démarche de recherche à part entière. L’objet, aussi sociologique puisse-t-il être, est avant le produit d’une co-construction entre le chercheur et les acteur-ices : autrement dit, d’un travail de problématisation collectif.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [143 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02333071
Contributor : Shs Upd5 <>
Submitted on : Friday, October 25, 2019 - 10:57:05 AM
Last modification on : Friday, March 27, 2020 - 2:39:36 AM
Long-term archiving on: : Sunday, January 26, 2020 - 1:39:28 PM

File

SHSSS_Caubet_Thomas_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02333071, version 1

Citation

Thomas Caubet. Le travail dans un bar militant auto-­géré : d’un vecteur d’engagements et de gratifications, à un enjeu de lutte. Sociologie. 2019. ⟨dumas-02333071⟩

Share

Metrics

Record views

137

Files downloads

176