Patients végans, le médecin généraliste en difficulté pour trier le bon grain de l’ivraie - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Patients végans, le médecin généraliste en difficulté pour trier le bon grain de l’ivraie

(1)
1

Abstract

Introduction: The vegan movement has been developing rapidly in recent years in all economically developed countries. More than a diet, it is a way of life that excludes the use of animals and animal products in all their forms (consumer goods, leisure, health products including drugs and vaccines). Nutritional deficiencies observed are multiple, interact with each other, play a role in many pathologies and harm the proper development of the child sometimes from the gestation. The main objective of this survey was to establish a state of play of practices and feelings of general practitioners in the care of vegan patients. This work was also motivated by the need to inform primary care physicians about the risks and problems of such a strict and exclusive diet and to suggest some solutions to the difficulties raised by the survey in order to provide a better support to these patients. Materials and Method: This is an observational, descriptive and cross-sectional study, based on a questionnaire sent by e-mail to general practitioners in the Bouches du Rhône and Vaucluse area between November 2018 and February 2019. Only graduated physicians and currently practicing, as GPs were included. Results: 37 general practitioners, or 37% of the sample, answered the form. All of them said they approach nutrition more or less regularly in consultation. 56.8% of them reported they already had to care at least one vegan patient. 16% of doctors admitted not knowing what veganism is. Only 54.1% felt comfortable with a request for a medical prescription related to the vegan diet without mentioning the knowledge of health risks. Discussion: The general practitioner, in the first line of the healthcare system, is the doctor who sees the patients most often. He is also responsible for much of the heavy burden of health education. Even though he is interested in nutrition and regularly approaches it during the consultation, he is not familiar with veganism and its problems and is often unaware that this lifestyle is adopted by some of his patients. The risks of nutritional deficiencies can be very serious. Their knowledge by practitioners is essential in order to no longer see, among others, children with severe growing issues such as irreversible neurological damage caused by the inevitable vitamin B12 deficiency. Thus, the relationship between vegan patients and the medical staff, GPs in particular, must evolve and adapt. Recommendations based on solid studies are also needed to prevent serious risks. Conclusion: The fast development of the vegan movement and the health risks expected from the exclusion of any animal product from diet will sooner or later confront each doctor with medical care problems. It is therefore fundamental that primary care specialists have clear information on this emerging lifestyle and can rely on dedicated recommendations to change the care relationship and improve the overall care of these patients with new needs. This study led to the development of a synthetic practical guide focusing on the most critical points, intended to support the GPs consultation.
Introduction : le mouvement végan connait un développement rapide depuis quelques années et ce dans tous les pays économiquement développés. Plus qu’un régime alimentaire, il s’agit d’un mode de vie qui exclut l’utilisation de l’animal et des produits animaux dans toutes leurs modalités (biens de consommation, loisirs, produits de santé dont médicaments et vaccins). Les carences nutritionnelles observées sont multiples, interagissent les unes avec les autres, jouent un rôle dans de nombreuses pathologies et nuisent au bon développement de l’enfant parfois dès la gestation. L’objectif principal de cette enquête était de dresser un état des lieux des pratiques et des ressentis des médecins généralistes dans la prise en charge des patients végans. Ce travail était aussi motivé par la nécessité d’informer les médecins spécialistes des soins primaires sur les risques et problématiques attribuables à un régime d’exclusion aussi strict et de proposer quelques solutions aux difficultés soulevées par l’enquête afin que ces patients aux besoins nouveaux bénéficient d’une meilleure prise en charge. Matériels et Méthode : il s’agit d’une étude observationnelle, descriptive et transversale, réalisée à partir d’un questionnaire adressé par courrier électronique à des médecins généralistes des Bouches du Rhône et du Vaucluse entre novembre 2018 et Février 2019. Seuls les médecins généralistes thésés et installés ont été inclus. Résultats : 37 médecins généralistes, soit 37 % de l’échantillon, ont répondu au questionnaire. Tous ont dit aborder plus ou moins régulièrement la nutrition en consultation. 56,8 % d’entre eux ont déclaré avoir pris en charge à leur connaissance un patient végan. 16 % des médecins ont admis ne pas savoir ce qu’est le véganisme. Seuls 54,1% se sentaient à l’aise face à une demande de prescription médicale en lien avec le régime végétalien sans pour autant mentionner la connaissance des risques sanitaires. Discussion : le généraliste, en tant que premier recours aux soins est le médecin qui voit le plus souvent les patients. C’est aussi sur lui que repose une grande part de la lourde tâche de l’éducation à la santé. Or, même s’il s’intéresse à la nutrition et l’aborde régulièrement en consultation, il connait mal le véganisme et ses problématiques et ignore souvent que ce mode de vie est adopté par certains de ses patients. Or les risques des carences nutritionnelles peuvent être gravissimes. Leur connaissance par les praticiens est indispensable afin de ne plus voir, entre autres, d’enfants présentant des retards de croissance avec atteinte neurologique irréversible causés par l’inéluctable carence en vitamine B12. Ainsi, la relation de soin entre les patients végans et le corps médical, les médecins généralistes en particulier, doit évoluer et parvenir à s’adapter. Des recommandations basées sur des études solides sont également nécessaires afin de prévenir les risques graves. Conclusion : le fort développement du mouvement végan et les risques sanitaires attendus de l’exclusion de tout produit animal de l’alimentation confrontera tôt ou tard chaque médecin à des problèmes de prise en charge. Il est donc fondamental que les spécialistes des soins primaires détiennent une information claire sur ce mode de vie émergent et puisse s’appuyer sur des recommandations consacrées afin de faire évoluer la relation de soin et d’améliorer la prise en charge globale de ces patients aux besoins nouveaux. Cette étude a permis l’élaboration d’une fiche pratique synthétique ciblant les points essentiels, destinée à venir en support de la consultation de médecine générale.
Fichier principal
Vignette du fichier
CANELA thèse.pdf (2.41 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02391318 , version 1 (03-12-2019)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02391318 , version 1

Cite

Aurore Canela. Patients végans, le médecin généraliste en difficulté pour trier le bon grain de l’ivraie. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02391318⟩
770 View
298 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More