Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Influence du bilan biologique initial dans la prédiction de mortalité à court et moyen terme chez les patients hospitalisés pour une pneumonie aiguë communautaire

Résumé : Introduction : Des scores de sévérité ont été développés dans la pneumonie aiguë communautaire (PAC) afin de prédire la mortalité à l’échelle populationnelle. A l’heure de la médecine personnalisée, des modèles statistiques cherchent à prédire la mortalité à plus ou moins long terme à l’échelle du patient en faisant appel notamment à l’intelligence artificielle. Ces modèles n’ont pas fait preuve de leur efficacité avec un nombre réduit de variables. La survenue d’une PAC étant pourtant responsable d’une diminution de l’espérance de vie à long terme, nous avons cherché à savoir si les données recueillies à l’entrée des patients hospitalisés pour une PAC continuaient d’influencer leur mortalité après la sortie d’hospitalisation.
Matériel et méthodes : Nous avons réalisé une étude de cohorte rétrospective identifiant les patients hospitalisés pour une PAC en 2018 au centre hospitalier de Menton La Palmosa. Les résultats de laboratoire du bilan d’entrée ainsi que les comorbidités et les résultats d’imagerie de chaque patient ont été recueillis. Une analyse en sous-groupe a été réalisée selon trois groupes : patients survivants, patients décédés durant le séjour hospitalier et patients décédés après la sortie. Chaque variable recueillie a été comparée entre les sous-groupes en utilisant un modèle ANOVA ou un test du khi-carré.
Résultats : 251 patients ont été inclus dans l’analyse. Le taux d’urée plasmatique était plus élevé à 0,85 ± 0,44 g/L dans le groupe des patients décédés pendant l’hospitalisation et de 0,57 ± 0,35 versus 0,60 ± 0,26 g/L dans les sous-groupes ayant survécu à la fin du séjour. La même observation est réalisée pour le taux de créatinine (14,74 ± 9,72 mg/L ; p<0,05) et la protéine C-réactive (131,8 ± 97,6 mg/L ; p=0,401). Les prévalences des comorbidités étaient plus élevées dans le groupe des patients décédés après leur hospitalisation.
Conclusion : Notre étude montre que les données du bilan d’entrée des patients hospitalisés pour une PAC ne reflètent bien que l’épisode aigu dans le cadre duquel ils sont recueillis. Mais l’absence de différence entre les patients ayant survécu à leur hospitalisation (survivants et décédés à moyen terme) suggère que les patients décédés à moyen terme après une PAC avaient une autre raison de mourir. De nouveaux marqueurs devront être découverts afin de prédire efficacement la mortalité au long cours à l’échelle du patient.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [46 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02397261
Contributor : Bibliothèque Universitaire de Médecine Nice <>
Submitted on : Friday, December 6, 2019 - 2:36:15 PM
Last modification on : Tuesday, May 26, 2020 - 6:50:40 PM
Long-term archiving on: : Saturday, March 7, 2020 - 3:37:31 PM

File

2019NICEM128.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02397261, version 1

Citation

Anthony Mauclère. Influence du bilan biologique initial dans la prédiction de mortalité à court et moyen terme chez les patients hospitalisés pour une pneumonie aiguë communautaire. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02397261⟩

Share

Metrics

Record views

48

Files downloads

27