Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques dans la leucémie aiguë myéloïde évolutive de l’adulte : analyse rétrospective de l’expérience grenobloise - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques dans la leucémie aiguë myéloïde évolutive de l’adulte : analyse rétrospective de l’expérience grenobloise

Abstract

Introduction. Achieving first complete remission in acute myeloid leukemia (AML) at diagnosis is a reachable outcome for up to 50 to 70% of patients. Nevertheless, some of them fail to do so and the refractoriness of the disease is responsible for a dismal prognosis. Although its place is quite debated, hematopoietic stem cell transplantation (HSCT) seems to be, today, the unique curative option in these situations. Our study focuses on the outcome of patients who underwent HSCT for refractory/relapsed and evolutive AML with persistence of blastic infiltration, at Grenoble University Hospital form 2007 to 2017. Methods. Adults receiving HSCT for evolutive AML with >5% of blastic involvement, persistent at the time of transplantation, were included. Progression-free survival (PFS) was the primary end point, while secondary analyses focused on overall survival, relapse-free GVHD-free survival, and cumulative incidences of relapse, nonrelapse mortality, and GVHD. Results. This retrospective study reports the outcome of 56 patients receiving HSCT for de novo or secondary AML. The median age at transplantation was 56 years. The median of medullar blastic burden was 13%. Half of the cohort underwent a myeloablative conditioning regimen, while 29% of the patients received a sequential regimen approach. The median follow-up was 54,1 months, and the PFS at 1 year was 21,4% (median 98 days). Age over 60 years and unrelated matched donor were factors associated with poor PFS in our study. Overall survival was 25% at 1 year. Fifty-five percent developed aGVHD while 28,6% were reported for cGVHD. HSCT resulted in refractory disease for 24% patients, relapse incidence was 62,7% and was responsible for 53% of the whole cohort mortality. Nonrelapse mortality at one year was 32% in our study. Discussion. The important incidence of relapse in our study shows the urgent need in improvement of evolutive AML patients’ care. The main leads reported in larger trials are early donor identification, the use of sequential conditioning regimen, early tapering of immunosuppression and post-transplantation relapse prophylaxis. These findings lead to a local program in Auvergne-Rhone-Alpes region, developed in order to improve these high-risk patients’ outcome.
Introduction. Si l’obtention d’une rémission complète en première ligne de traitement des leucémies aiguës myéloïdes (LAM) non promyélocytaires est un objectif atteint dans 50 à 70% des cas, la persistance d’une maladie évolutive réfractaire reste aujourd’hui un enjeu thérapeutique. Ces patients présentent un pronostic défavorable et l’approche allogénique semble la seule à ce jour à pouvoir prétendre avoir un effet curatif. Le travail réalisé vise à faire le bilan de dix années de pratique d’allogreffe de cellules souches hématopoïétiques au CHU de Grenoble chez des patients présentant une LAM non contrôlée avec persistance d’une blastose au moment de la greffe. Matériel et Méthodes. L’étude a inclus les patients adultes allogreffés pour une LAM non contrôlée avec persistance d’une blastose médullaire > 5% à la greffe, greffés de 2007 à 2017 au CHU de Grenoble. L’objectif principal de l’étude est la survie sans progression. Les objectifs secondaires sont l’incidence cumulée de GVHD aigüe et chronique, de mortalité liée au traitement, de rechute, la survie sans rechute ni GVHD et la survie globale. Résultats. Notre étude rétrospective rapporte les cas de 56 patients allogreffés au CHU de Grenoble pour une LAM de novo ou secondaire, greffés en situation blastique entre 2007 et 2017. Les patients ont une médiane d’âge de 56 ans, présentent une blastose médullaire médiane de 13%, ont reçu un conditionnement myélo-ablatif chez 50%, et une approche séquentielle chez 29%. Avec un suivi médian de 54,1 mois, la survie sans progression médiane est de 98 jours, représentant 21,4% des patients à un an. L’âge supérieur à 60 ans et le recours aux donneurs identiques non apparentés sont les deux facteurs ayant un impact péjoratif la survie sans progression dans notre étude. La survie globale est de 25% à un an. 55% des patients ont présenté une maladie du greffon (GVHD) aigue dont 10,7% de grade III-IV. La GVHD chronique a touché 28,6%. 24% des patients ont été réfractaires et l’incidence cumulée de rechute à un an est de 62,7%, responsable du décès de 53% des patients. La mortalité non liée à la rechute est de 32% à un an. Discussion. Notre étude illustre les besoins d’amélioration de la prise en charge de ces patients à risque évolutif. Le recours au conditionnement séquentiel, la diminution précoce de l’immunosuppression et la prophylaxie de la rechute post allogreffe semblent être des éléments importants pour le contrôle de la pathologie. A partir de ce constat, une approche régionale d’harmonisation des pratiques de greffe chez les patients porteurs de LAM non contrôlée, a été mise au point à l’issue de cette étude.
Fichier principal
Vignette du fichier
2019GREA5072_deschamps_paul(1)(D)_version_diffusion.pdf (4.34 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02420809 , version 1 (20-12-2019)

Identifiers

Cite

Paul Deschamps. Allogreffe de cellules souches hématopoïétiques dans la leucémie aiguë myéloïde évolutive de l’adulte : analyse rétrospective de l’expérience grenobloise. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02420809⟩
46 View
704 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More