Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La tension texte-image dans les albums de jeunesse : un outil pour la construction du lecteur expert

Résumé : La littérature consacrée à la jeunesse est diverse et variée. L'illustration semble être une condition nécessaire à la publication jeunesse. En effet, elle est partout dès lors que l'on parle de littérature dédiée à l'enfance : lorsque l'illustration ne provient pas d'une démarche de l'auteur, ce sont les maisons d'édition qui associent le texte à des images qui – semble-t-il – sont liées à la jeunesse, à la littérature et l'univers enfantins.
Partant de cela, la question que l'on peut se poser est celle de la place de l'illustration dans la littérature jeunesse. Car si l'on ne connaît pas toujours le lien exact qui est fait entre le texte et l'image dans le cas de l'album jeunesse, l'illustration joue un rôle particulier puisqu'elle est nécessaire à sa création.
Un album, en effet, n'est-ce pas cette association entre le texte et l'image qui fait sens dans son ensemble ? À la lecture de nombreux albums destinés à la jeunesse, l'on s'aperçoit que l'illustration peut revêtir diverses formes. De nombreux théoriciens ont déjà effectué un classement des illustrations dans les albums de jeunesse. Sophie Van der Linden en propose un premier dans ses nombreux travaux de recherche.
L'hypothèse posée alors est que l'image dans l'album jeunesse, analysée au regard de ces trois pôles, crée une tension avec le texte, et que cette tension est l'un des éléments constitutifs essentiels de l'album de littérature jeunesse. Par ailleurs, l'on peut se demander quelle est la nature exacte de cette tension propre à l'album de jeunesse. Qu'apporte-t-elle au texte et à l'objet final qu'est l'album ? L'aspect « redondance » des images dans l'album de jeunesse, tel qu'il est proposé par Sophie Van der Linden et il pose donc une question – essentielle au regard de la problématique de ce travail : cette tension est-elle toujours présente dans les albums de jeunesse ? Si non, la tension n'est-elle donc pas un élément constitutif de l'essence même de l'album ? Et si non, n'y a-t-il pas un autre type de tension qui permette ce travail d'interprétation inhérent à tout texte littéraire ?
Pour aborder ce sujet, trois albums ont tout d'abord été choisis pour la place toute particulière qu'ils offrent à l'image. Il s'agit de Mon chat le plus bête du monde de Gilles Bachelet, Ami-ami de Rascal et Stéphane Girel, et Les lions ne mangent pas de croquettes d'André Bouchard. Avec le temps et l'évolution des disponibilités de mise en œuvre, le travail autour de l'album Les lions ne mangent pas de croquettes auprès de la classe de CE2 sera abandonné. Malgré tout, une analyse rapide sera proposée au cours de ce mémoire, comme un exemple supplémentaire du type d'albums permettant cette approche du travail de l'image. Le choix des albums Les lions ne mangent pas de croquettes, Ami-ami et Mon chat le plus bête du monde se justifie car chacun présente un type de tension entre le texte et l'image qui tient à la fois à la complémentarité et la dissociation du texte et de l'image, pour reprendre les termes proposés par Sophie Van der Linden.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [16 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02430294
Contributor : Admin Upec <>
Submitted on : Tuesday, January 7, 2020 - 11:23:07 AM
Last modification on : Tuesday, March 3, 2020 - 1:28:21 AM

File

Tadier_2015_memoire.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Attribution - NonCommercial - NoDerivatives 4.0 International License

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02430294, version 1

Collections

Citation

Morgann Tadier. La tension texte-image dans les albums de jeunesse : un outil pour la construction du lecteur expert. Education. 2015. ⟨dumas-02430294⟩

Share

Metrics

Record views

65

Files downloads

69