Évaluation de la connaissance de la permanence des soins ambulatoires par les usagers des urgences du Puy-de-Dôme les soirs et week-end - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Évaluation de la connaissance de la permanence des soins ambulatoires par les usagers des urgences du Puy-de-Dôme les soirs et week-end

Abstract

Introduction : Le nombre de passages aux urgences augmente d’année en année. Certains recours ne sont pas adéquats. L’objectif est de quantifier la part de patients consultant aux urgences publiques du Puy-de-Dôme les soirs et week-end pour un motif relevant de la PDSA et qui ignore l’existence du médecin généraliste de garde (MGG) ou comment le contacter. Méthode : Cette étude épidémiologique descriptive transversale quantitative multicentrique s’est déroulée les soirs de semaine de 20h à minuit, les samedis de midi à minuit et les dimanches de 8h à minuit dans les services d’accueil des urgences publiques du Puy-de-Dôme du 25 mars au 28 avril 2019. Des questionnaires ont été distribués selon les critères d’inclusion : être majeur ou consulter pour un enfant de plus de trois mois, venir de soi-même, et les critères d’exclusion : traumatologie, psychiatrie, avoir été adressé par le SAMU ou son médecin, être amené par ambulance, SDIS ou SMUR, EVA ≥ 6. Une seconde inclusion avec remplissage téléphonique des questionnaires a été réalisée pour les patients n’ayant pas reçu le questionnaire lors de leur passage aux urgences. Résultats : 250 questionnaires ont été remplis. 197 patients (78.8%) ignorent s’ils disposent d’un MGG sur leur secteur. Parmi eux, 124 (62.9%) auraient consulté ce MGG s’ils en avaient eu connaissance. Au total, 124 des 250 consultations auraient pu être évitées avec une meilleure communication soit 49.6% des consultations inappropriées. Parmi les 53 patients qui savent qu’il y a un MGG, 10 (18.9%) ignorent comment le joindre. La source de l’information était obtenue essentiellement par appel au SAMU ou par le bouche à oreille. Les parents consultant aux urgences pour leur enfant auraient plus volontiers fait appel au MGG que les patients consultant pour eux-mêmes (70.8% contre 56.5%, p=0.04). Pas de différence significative selon le sexe, l’âge, le centre hospitalier ou le département d’origine sur la connaissance du MGG ou sur la volonté de faire appel à lui. Conclusion : Une meilleure communication sur la PDSA et le MGG pourrait éviter jusqu’à la moitié des consultations inappropriées des urgences.
Fichier principal
Vignette du fichier
LACASSAGNE Audrey.pdf (1.4 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02477498 , version 1 (13-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02477498 , version 1

Cite

Audrey Lacassagne. Évaluation de la connaissance de la permanence des soins ambulatoires par les usagers des urgences du Puy-de-Dôme les soirs et week-end. Sciences du Vivant [q-bio]. 2019. ⟨dumas-02477498⟩
141 View
252 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More