Repérage des violences conjugales faites aux femmes : état des lieux des pratiques des médecins dans les services d’accueil des urgences adultes en Aquitaine - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Spotting domestic violence against women: state of play of doctors' practices in adult emergency services in Aquitaine

Repérage des violences conjugales faites aux femmes : état des lieux des pratiques des médecins dans les services d’accueil des urgences adultes en Aquitaine

Abstract

Context: every year in France, 219,000 adult women report having been victims of physical and / or sexual violence by their spouse or former spouse. With the increasing number of emergency room visits, emergency physicians are at the forefront of identifying and caring for their victims. However, they remain poorly trained during their studies, and find themselves in difficulty in front of these women. The main objective of this study is to determine the proportion of emergency physicians and medical interns who have previously identified domestic violence on women in emergency reception service. Method: multicenter cross-sectional quantitative descriptive epidemiology study, carried out from February 4, 2019, through May 2, 2019. A survey was sent by e-mail to the general medicine residents who started their internship as of November 2016, including those enrolled in the DESC of emergency medicine, as well as the interns of the DES of emergency medicine from November 2017, as well as to the doctors who practiced in an emergency reception service, in a peripheral hospital center in Aquitaine, out-hospital. Results: two hundred and eleven emergency and / or internal doctors in general medicine, DESC or DES emergency doctor answered our questionnaire. 74.9% of them say that they have already conducted a survey about domestic violence on women in an emergency reception service but not in a systematic way. 86,3% answer that the emergency doctor / intern has a primary role in the identification of domestic violence on women. 81% of our population does not feel well trained or informed about locating domestic violence on women. 50.7% of our population is unaware of the existence of the reference violence against women in their link of exercise / internship. Conclusion: our study emphasizes that emergency physicians and interns are aware of the surge of domestic violence but are not yet tracking it systematically, mainly due to lack of training.
Contexte : chaque année, en moyenne en France, 219 000 femmes majeures déclarent avoir été victimes de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint. Devant le nombre croissant de consultation aux urgences, les urgentistes sont au premier plan pour repérer et prendre en charge ses victimes. Ils restent cependant peu formés durant leurs études, et se retrouvent en difficultés devant ces femmes. L’objectif principal de cette étude est de déterminer la proportion de médecins urgentistes et d'internes en médecine ayant déjà réalisé un repérage des VC faites aux femmes dans un SAU. Méthode : étude épidémiologie quantitative descriptive transversale multicentrique, réalisée du 4 février 2019 eau 2 mai 2019. Un questionnaire a été envoyé par mail, aux internes en médecine générale ayant commencés leur internat à partir de novembre 2016, incluant ceux inscrits au DESC de médecine d'urgence, ainsi que les internes du DES de médecine d'urgence à partir de novembre 2017, ainsi qu’aux médecins thésés qui exerçaient dans un SAU, dans un centre hospitalier périphérique en Aquitaine, hors-CHU. Résultats : deux cent onze médecins urgentistes et/ou internes en médecine générale, DESC ou DES de médecin d’urgence ont répondu à notre questionnaire. 74,9% d’entre eux déclarent avoir déjà réalisé un repérage des VC faites aux femmes dans un SAU mais pas de manière systématique.86,3% répondent que le médecin urgentistes/l’interne a un rôle primordial dans le repérage des VC faites aux femmes. 81% de notre population ne se sent pas bien formé, ni informé concernant le repérage des VC faites aux femmes. 50,7% de notre population en connait pas l’existence du référent violence faites aux femmes dans leur lieur d’exercice/de stage. Conclusion : notre étude souligne que les médecins urgentistes et les internes prennent conscience du fléau des VC mais ne réalise encore de repérage de manière systématique, principalement par manque de formation.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2019_Lucine.pdf (2.07 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02491763 , version 1 (26-02-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02491763 , version 1

Cite

Alizé Lucine. Repérage des violences conjugales faites aux femmes : état des lieux des pratiques des médecins dans les services d’accueil des urgences adultes en Aquitaine. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02491763⟩
125 View
549 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More