Arrêt de l’enzymothérapie dans le cadre des MPSIIA : approche des questions éthiques soulevées par les nouvelles thérapies dans les maladies rares - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Ethical aspects of ERT withdrawal in MPSII management: illustration of new therapies issues in rare diseases

Arrêt de l’enzymothérapie dans le cadre des MPSIIA : approche des questions éthiques soulevées par les nouvelles thérapies dans les maladies rares

Abstract

MPSII, or Hunter syndrome, is a multisystemic and progressive X linked lysosomal storage disease. It is a rare condition with an incidence of approximately 1:80,000 births in France. Severe neurodegenerative forms (MPSIIA) are characterized by a progressive central nervous system involvement and a severe cognitive impairment with important behavioral disturbance. Intravenous Idursulfase is a specific ERT for MPSII and has been available for use in France since 2007. This drug has been shown to provide somatic improvements but do not cross the blood-brain barrier. Neurological symptoms and degeneration remain ineluctable and irreversible. Currently, we can notice a paradigm shift in the management of MPSII. In fact, historically MPSII has been a very rare disease within specific treatment possibility, and management was palliative. But since ERT, we seemed to have induced chronicization and increased medicalization of patients by failing to cure and restore a normal condition. ERT withdrawal remains challenging and subject of debate in MPSII management despite the attempt of some guidelines. The aim of the study was to investigate the motivations and ethical implications regarding ERT withdrawal decisions in France. We conduct a qualitative study during 6 months: 10 french experts in management of MPSII patients were invited to participate to a semi-structured interview with a specific guide, based on a review of literature. A thematic analysis was performed. We discuss how the aim of traitement, tolerance, cost, primary child interest, transparency, close follow-up without the facility of prescription, feelings of parents, over-optimism (hype), and the major uncertainty around evolution should be balanced and explain the issues and ethical challenges. Those ethical considerations revealed how new therapies can modify the natural course of a rare disease and bring new challenges for decision making for patient, caregivers, families and society.
La mucopolysaccharidose de type II est une maladie lysosomale entrant dans le cadre des maladies rares qui se caractérise par une atteinte multi-systémique et une atteinte cérébrale évolutive. Il existe deux formes de la maladie : la forme MPSIIA, la plus fréquente, représentant 2/3 des cas, elle est caractérisée par une atteinte neurodégénérative progressive, liée à l’X. Cette maladie est liée à un défaut enzymatique ; un traitement enzymatique substitutif par voie intra-veineuse a été élaboré grâce aux progrès de la recherche et l’idursulfase a obtenu l’AMM en 2007. Depuis 2007, la majorité des enfants diagnostiqués débute ce traitement, après confirmation diagnostique. Il a été démontré que ce produit ne passe pas la barrière hémato-méningée et n’a donc aucune action sur l’atteinte cérébrale globale. L’enzymothérapie a tout de même permis un changement de paradigme notable dans cette maladie, permettant le passage d’une maladie rare orpheline prise en charge de façon palliative à une maladie avec une perspective de traitement mais sans guérison effective. Malgré les avantages procurés par cette thérapeutique (notamment sur l’atteinte hépatique ou musculo-squelettique), la dégradation neurologique est inévitable et irréversible, associée à des troubles du comportements majeurs. On induit donc une sorte de chronicisation de la maladie avec une augmentation de la médicalisation en rapport. L’arrêt de ce traitement reste difficile en pratique et sujets de débats dans la littérature. Nous avons réalisé une étude qualitative afin d’identifier les différents éléments qui fondent en pratique la décision d’arrêt d’enzymothérapie et de mettre en lumière les enjeux/tensions rendant difficile en pratique l’application de cette décision. Le sens du traitement, l’hétérogénéité et l’incertitude globale, l’espoir et la responsabilité semblent être les grandes notions au cœur de ces décisions d’arrêt de traitement. Mais la création d’une alliance avec la famille, au cœur d’une réflexion et d’une information évolutive pourrait faciliter celles-ci.
Fichier principal
Vignette du fichier
M2Ethique_SARDA_Eugenie_DUMAS.pdf (2.14 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)

Dates and versions

dumas-02513361 , version 1 (01-12-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02513361 , version 1

Cite

Eugénie Yvonne, Sylvie Sarda. Arrêt de l’enzymothérapie dans le cadre des MPSIIA : approche des questions éthiques soulevées par les nouvelles thérapies dans les maladies rares. Ethique. 2019. ⟨dumas-02513361⟩
78 View
218 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More