Décision médicale et consentement du patient âgé atteint de troubles cognitifs légers à modérés - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Medical decision and informed consent of elderly patient with mild to moderate cognitive impairment

Décision médicale et consentement du patient âgé atteint de troubles cognitifs légers à modérés

Abstract

A great number of publications in the scientific literature concerns issues surrounding consent in the elderly with cognitive impairment. The presence of these cognitive disorders could impact the individual’s reasoning abilities and compromise informed consent as it is required by the legislation. In order to assess this ability to consent, theoretical models - what the purpose of consent would be and what it presupposes - as well as standardized assessment tools were developed. Nevertheless, some limitations reduce their applicability. These limits question the adequacy of consent between theory and practice. It may be necessary to leave this term aside for a while and see if its aim is, in a sense, pursued. Involving the patient in the development of a medical decision is one of the purposes of consent. How do physicians involve the elderly patient with mild to moderate cognitive impairment into this decision-making process? This qualitative study conducted with general practitioners and geriatricians attempts to understand the vision of these health professionals on this issue. The term of adhesion or assent is used rather than the notion of informed consent by the interviewed physicians. Reluctance or refusal of the patient to a medical decision is a rare and globally accepted situation. Occasionally, circumstances require the physician to strengthen the medical decision’s argumentation: a perceived danger, risk or urgency, a difference of opinion between the doctor, the patient and his family, an absence of knowledge by the patient of his cognitive disorders, a low capacity of listening by the doctor, the conviction of a favorable result if the medical decision is followed. In all situations, doctors attach great importance to create and maintain a relationship with the patient. This dissociation between theory and practice provides interesting insights into the difficulties of applying informed consent in medical practice.
Les problématiques autour du consentement chez la personne âgée ayant des troubles cognitifs sont le point de départ d’une littérature abondante sur le sujet. La présence de ces troubles cognitifs pourrait impacter le raisonnement de la personne et compromettre un consentement éclairé tel qu’il est requis dans les textes de lois. Afin d’évaluer cette capacité de consentir, des modèles théoriques – sur ce que serait la visée du consentement et ce qu’il présuppose – ainsi que des outils d’évaluation standardisés ont vu le jour. Néanmoins, ils possèdent des limites qui réduisent leurs applicabilités. Ces limites questionnent l’adéquation du consentement entre la théorie et la pratique. Il faut peut-être alors laisser ce terme de côté quelques temps et voir si sa visée est, en un sens, poursuivie. Un des buts du consentement est d’intégrer le patient dans sa prise en charge et de le faire participer à l’élaboration d’une décision médicale. Comment les médecins s’y prennent-ils en pratique pour intégrer le patient âgé ayant des troubles cognitifs légers à modérés dans ce processus décisionnel ? Cette étude qualitative réalisée auprès de médecins généralistes et de gériatres essaye de comprendre la vision de ces professionnels de santé sur cette problématique. Les médecins interrogés ne mobilisent pas la notion de consentement mais utilisent les termes d’adhésion ou d’assentiment. La réticence ou le refus du patient face à une décision médicale est une situation rare et globalement acceptée. Certaines circonstances enjoignent aux médecins de renforcer l’argumentation en faveur de la décision médicale préconisée : un danger, un risque ou une urgence perçus, une divergence d'opinion entre le médecin, le patient et sa famille, une absence de conscience du patient de ses troubles cognitifs, une faible capacité d'écoute du médecin, la conviction d'un résultat favorable si la décision médicale est suivie. Dans toutes les situations, il importe pour les médecins de créer et de maintenir une relation de qualité avec le patient. Cette dissociation entre théorie et pratique apporte des éléments intéressants quant aux difficultés d’applications du consentement dans la pratique médicale.
Fichier principal
Vignette du fichier
M2Ethique_TRON_Arthur_DUMAS.pdf (4.49 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02515240 , version 1 (09-06-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - NoDerivatives

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02515240 , version 1

Cite

Arthur Tron. Décision médicale et consentement du patient âgé atteint de troubles cognitifs légers à modérés. Ethique. 2019. ⟨dumas-02515240⟩
718 View
1099 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More