Devenir des personnes vivant avec le VIH sous une association TRIO dans la cohorte Aquitaine ANRS CO3 : vers une stratégie de simplification thérapeutique ? - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Long-term follow-up of HIV-1 patients receiving the TRIO regimen in the ANRS CO3 Aquitaine Cohort: toward simplification strategies ?

Devenir des personnes vivant avec le VIH sous une association TRIO dans la cohorte Aquitaine ANRS CO3 : vers une stratégie de simplification thérapeutique ?

Abstract

Objectives: to assess the long-term follow-up of patients in the ANRS CO3 Aquitaine Cohort treated with a regimen containing etravirine, raltegravir and boosted darunavir (TRIO regimen). Methods: patients from the ANRS CO3 Aquitaine Cohort who were prescribed d a TRIO regimen between February 2007 and September 2018 were included in the present analysis. The primary endpoint was the proportion of patients experiencing virological failure (VF), defined as two plasma viral load (pVL) >50 copies/mL after 24 weeks on the TRIO combination. The secondary endpoints assessed the long-term virological follow-up and the proportion of patients who had a treatment simplification. Results: one hundred and thirty-six patients were included. Baseline plasma viral load (pVL) was above 50 copies /mL for 92(67.6%) patients and below 50 copies /mL for 44 (32.4%). Baseline cumulative resistance genotype showed that 40.8% of patients were resistant to etravirine, 16% to darunavir/ritonavir twice daily and 1.4% to raltegravir Twenty-nine (30.2%) patients experienced VF with resistance associated mutations mainly detected on integrase. The median duration of the follow-up was 7.8 years (InterQuartile Range, 4-9.6) and 27 (19.9%) patients died, including 19 (13.8%) patients under the TRIO regimen. At the last visit, 9 (8.3%) patients were still receiving the TRIO regimen. In opposition, 55 (40.4%) were simplified to dual therapy and 1 (0.7%) to PI-monotherapy. Overall, 96.2% of these patients were virologically suppressed. Conclusion: the long-term virological outcomes were favorable in patients treated with the TRIO regimen, half of them having been eligible for drug-reducing strategies.
Introduction : notre étude s’intéresse à l’évolution des personnes vivant avec le VIH (PVVIH) ayant bénéficié d’une association par darunavir boosté par le ritonavir, raltégravir et étravirine (TRIO) dans la cohorte Aquitaine ANRS CO3. La tendance actuelle est à l'allègement thérapeutique. Or, dans les essais cliniques, les PVVIH avec un virus multirésistant ne sont pas inclus. En effet, si la stratégie TRIO a été une alternative thérapeutique de choix chez les patients en échec virologique présentant un virus multirésistant, elle peut néanmoins présenter des inconvénients à long terme sur le risque cardiovasculaire, les interactions médicamenteuses et la dégradation de la qualité de vie due à une prise importante de comprimés par jour. Méthode : étude descriptive non interventionnelle évaluant de manière rétrospective l’évolution virologique et thérapeutique des patients traités par une association TRIO dans la cohorte Aquitaine ANRS CO3 entre Février 2007 et Septembre 2018. L’objectif principal était d’évaluer la proportion de patients en échec virologique sous TRIO, définit par deux charges virales (CV) supérieures à 50 copies/ml à partir du 6ème mois. Les objectifs secondaires étaient de décrire les caractéristiques des patients en échec sous l'association TRIO, d’étudier la réponse virologique tout au long du suivi, d'évaluer la mortalité et la proportion de patient ayant été simplifié. Résultats : cent trente-six patients ont été inclus. La CV était supérieure à 50 copies/mL chez 92 patients (67,6 %) et inférieure à 50 copies/mL chez 44 patients (32,4 %). Le génotype de résistance cumulé à l'inclusion retrouvait une résistance à l'étravirine (ETR) chez 40,8 % des patients, une résistance au darunavir/ritonavir (DRV/r) dans 16 % des cas et une résistance au raltégravir (RAL) dans 1,4 % des cas. Vingt-neuf patients (30,2 %) ont présenté un échec virologique avec des mutations de résistance principalement sélectionnées sur le gène de intégrase. La durée médiane du suivi était de 7,8 ans (IC95%, 4-9,6) et 27 patients (19,9 %) sont décédés, dont 19 (13,8 %) sous l'association TRIO. Lors de la dernière visite, 9 patients (8,3 %) recevaient encore l'association TRIO. En revanche, 55 patients (40,4 %) étaient sous bithérapie et un patient (0,7 %) sous monothérapie de DRV/r. Parmi ces patients allégés, 96,2 % avaient une CV indétectable. Conclusion : cette étude nous a permis d’apprécier l’évolution virologique des personnes vivant avec le VIH ayant bénéficier d’une association TRIO dans la cohorte Aquitaine ANRS CO3. Cette évolution a été favorable et nous avons constatés qu'une proportion importante de patients avait été allégé sur le plan thérapeutique. Ces résultats doivent être compléter par une étude de plus grande ampleur afin d’étudier l’efficacité et la sécurité des stratégies d’allègement chez les patients multirésistants.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2019_Nyamankolly.pdf (2.6 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02517436 , version 1 (24-03-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02517436 , version 1

Cite

Elsa Nyamankolly. Devenir des personnes vivant avec le VIH sous une association TRIO dans la cohorte Aquitaine ANRS CO3 : vers une stratégie de simplification thérapeutique ?. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02517436⟩
100 View
131 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More