Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude des collégiens présentant un refus scolaire anxieux en Gironde sur l’année scolaire 2014-2015 : description du délai de reprise d’une scolarisation et de ses déterminants

Résumé : Introduction : en France, ces dernières années, le refus scolaire anxieux a pris une place de plus en plus importante de par sa médiatisation, et de par la suspicion de l’augmentation de l’incidence. Il est difficile de faire la différence entre l’augmentation des cas, et une meilleure détection des cas existants de la part des différents soignants. Objectif : le but de l’enquête était d’évaluer le délai de reprise à partir du début de la déscolarisation et de mettre en évidence des facteurs pronostics. Matériels et méthode : mon enquête a permis de recenser 91 cas potentiels, avec un total de 22 parents répondants. Ils ont été contactés, informés et ont signé le formulaire de consentement. Au cours de l’entretien des questions diverses leur ont été posées sur les antécédents familiaux, y compris la fratrie, sur l’histoire du refus scolaire anxieux et de la déscolarisation. Des éléments de la vie sociale ont également étaient pris en compte. Résultats : dans mon étude, sur les 91 enfants suspectés de souffrir d’un refus scolaire anxieux, 22 parents ont répondu à mes questions : les parents de 18 garçons et de 4 filles. Parmi les caractéristiques de la scolarité de l’enfant, on note que la plupart des déscolarisations se font lors de l’entrée en 6ème (45 %), le délai moyen de reprise est de 6 mois, les élèves qui dépassent ce délai reprennent plus rarement. Près d’1/3 des élèves présentent des signes dès la maternelle. Concernant les facteurs analysés, la notion de harcèlement, qu’il soit le fait d’un professeur ou d’un autre élève, ressort comme primordiale : 45 % des élèves de l’étude ont connu un épisode de harcèlement, ainsi que 86 % des élèves qui ne reprennent pas leur scolarité. La poursuite ou non de l’activité extrascolaire permet de montrer que le refus scolaire anxieux déborde du cadre de l’institution, puisque 64 % arrêtent. La fréquence du suivi ou le type de prise en charge ne semblent pas avoir une incidence : les enfants qui ont un suivi fréquent n’ont pas un meilleur devenir scolaire, et ceux suivis en centre hospitalier, que nous pensions souffrir d’un trouble plus sérieux, ont un bon taux de reprise. Conclusion : même s’il existe une prise de conscience, des moyens doivent être mis en œuvre pour proposer une meilleure formation aux professionnels de santé concernés (sans oublier les médecins scolaires et les médecins généralistes). Par ailleurs, il est crucial de lutter contre les éléments déclencheurs d’un refus scolaire anxieux, notamment le harcèlement, ce qui nécessite de mettre l’accent sur une meilleure information.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [110 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02552928
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Thursday, April 23, 2020 - 10:38:57 PM
Last modification on : Saturday, April 25, 2020 - 1:16:58 AM

File

Med_generale_2018_Menucelli.pd...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02552928, version 1

Collections

Citation

Laetitia Menucelli. Étude des collégiens présentant un refus scolaire anxieux en Gironde sur l’année scolaire 2014-2015 : description du délai de reprise d’une scolarisation et de ses déterminants. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02552928⟩

Share

Metrics

Record views

86

Files downloads

29