Étude des collégiens présentant un refus scolaire anxieux en Gironde sur l’année scolaire 2014-2015 : description du délai de reprise d’une scolarisation et de ses déterminants - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2018

Study of schoolchildren having a school refusal in Gironde over the school year 2014-2015: description of the period necessary for a return to school, and its factors

Étude des collégiens présentant un refus scolaire anxieux en Gironde sur l’année scolaire 2014-2015 : description du délai de reprise d’une scolarisation et de ses déterminants

Abstract

Introduction: in France, in the last few years, school refusal became more and more important, for its media coverage, and because of its suspected increasing incidence. It is hard to differentiate an increasing number of cases from a better detection of existing cases by caregivers. Objective: the aim of the study was to assess the delay between school dropout and the return to school, and to evidence prognostic factors. Study materials and method: my research identified 91 potential cases of school refusal. Among them, 22 parents agreed to be part of the study. These parents were contacted, provided with information, and signed the consent form. During the interview, several questions were asked about their family history, including the siblings, the story of the school refusal and the school dropout. Social life events have also been included. Results: in my research, among 91 children suspected to suffer from school refusal, 22 parents agreed to answer my questions: 18 boys’ parents, and 4 girls’ parents. Regarding the school characteristics, it can be noted that most of the school dropouts happen in sixth grade (45%), and the average delay between school dropout and the return to school is 6 months, the children that do not return to school after this delay rarely return to school. About one third of the schoolchildren show early signs, since the kindergarten. Regarding the analised factors, bullying, either by a teacher or by another child, seems to be a major factor: 45% of the children of the study are concerned by this phenomenon, as well as 86% of the children that do not return to school. The continuation, or not, of an afterschool activity illustrates that the effects of school refusal might go beyond school, since 64% of the children suffering from school refusal stop all afterschool activity. The frequency and the kind of medical care do not seem to have an impact: children with a more frequent monitoring do not have a better school future, while children monitored in psychiatric services, for which we thought the trouble was more serious, have a good rate of return to school. Conclusion: even if there is a better awareness, a better training of medical professionals (including school doctors and family doctors) must be proposed. Moreover, it is crucial to fight against the elements that trigger school refusal, such as bullying, which implies to focus on better information.
Introduction : en France, ces dernières années, le refus scolaire anxieux a pris une place de plus en plus importante de par sa médiatisation, et de par la suspicion de l’augmentation de l’incidence. Il est difficile de faire la différence entre l’augmentation des cas, et une meilleure détection des cas existants de la part des différents soignants. Objectif : le but de l’enquête était d’évaluer le délai de reprise à partir du début de la déscolarisation et de mettre en évidence des facteurs pronostics. Matériels et méthode : mon enquête a permis de recenser 91 cas potentiels, avec un total de 22 parents répondants. Ils ont été contactés, informés et ont signé le formulaire de consentement. Au cours de l’entretien des questions diverses leur ont été posées sur les antécédents familiaux, y compris la fratrie, sur l’histoire du refus scolaire anxieux et de la déscolarisation. Des éléments de la vie sociale ont également étaient pris en compte. Résultats : dans mon étude, sur les 91 enfants suspectés de souffrir d’un refus scolaire anxieux, 22 parents ont répondu à mes questions : les parents de 18 garçons et de 4 filles. Parmi les caractéristiques de la scolarité de l’enfant, on note que la plupart des déscolarisations se font lors de l’entrée en 6ème (45 %), le délai moyen de reprise est de 6 mois, les élèves qui dépassent ce délai reprennent plus rarement. Près d’1/3 des élèves présentent des signes dès la maternelle. Concernant les facteurs analysés, la notion de harcèlement, qu’il soit le fait d’un professeur ou d’un autre élève, ressort comme primordiale : 45 % des élèves de l’étude ont connu un épisode de harcèlement, ainsi que 86 % des élèves qui ne reprennent pas leur scolarité. La poursuite ou non de l’activité extrascolaire permet de montrer que le refus scolaire anxieux déborde du cadre de l’institution, puisque 64 % arrêtent. La fréquence du suivi ou le type de prise en charge ne semblent pas avoir une incidence : les enfants qui ont un suivi fréquent n’ont pas un meilleur devenir scolaire, et ceux suivis en centre hospitalier, que nous pensions souffrir d’un trouble plus sérieux, ont un bon taux de reprise. Conclusion : même s’il existe une prise de conscience, des moyens doivent être mis en œuvre pour proposer une meilleure formation aux professionnels de santé concernés (sans oublier les médecins scolaires et les médecins généralistes). Par ailleurs, il est crucial de lutter contre les éléments déclencheurs d’un refus scolaire anxieux, notamment le harcèlement, ce qui nécessite de mettre l’accent sur une meilleure information.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_generale_2018_Menucelli.pdf (1.59 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02552928 , version 1 (23-04-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02552928 , version 1

Cite

Laetitia Menucelli. Étude des collégiens présentant un refus scolaire anxieux en Gironde sur l’année scolaire 2014-2015 : description du délai de reprise d’une scolarisation et de ses déterminants. Médecine humaine et pathologie. 2018. ⟨dumas-02552928⟩
174 View
1051 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More