Étude descriptive des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds au CHU de Bordeaux : lien infection-contrôle glycémique et devenir - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2020

People hospitalized for diabetic foot ulcer: is a poor glycemic control associated with local infection?

Étude descriptive des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds au CHU de Bordeaux : lien infection-contrôle glycémique et devenir

Abstract

Introduction: poor glycemic control favors infections in diabetic subjects, but whether hyperglycaemia favors diabetic foot infections that critically complicate Diabetic Foot Ulcer (DFU) remains to be ascertained. Our study aimed to search whether baseline HbA1c differed according to the presence of infection in subjects hospitalized for DFU. Methods: we compared the characteristics and outcomes of patients who were admitted in our ward from 2011 to 2014 for a DFU, according to the presence of infection, based on their clinical characteristics: purulence, erythema, pain, tenderness, warmth and/or induration. Results: one hundred and forty-three subjects were admitted for a DFU. They were mainly men (72.9%), with a mean age of 64±11 years, mainly Type 2 (78.8%) with a mean duration of diabetes of 20±13 years. Most ulcers were unique (67.8%), located on the toes (56.3%) or metatarsal heads (25.9%), their duration before admission was 38 days (14-90). During follow-up (26 months (10-54)), 94 subjects had a recurrent DFU (65.7%) and 15 subjects died (11.7%), their initial HbA1c did not differ significantly from that of others. Ninety subjects (62.9%) had infected ulcers, including 54 osteomyelitis (37.8%). Their C-reactive protein levels were higher compared to that of subjects without infection (p<0.001). As compared to non-infected DFUs, infected DFUs led to a doubled hospital stay (21 (11-34) vs 11 (6-14) days, p<0.001), double-time to healing (17 (9-31) vs 9 (5-22) weeks, p<0.05), twice the rates of readmissions (33.3 vs 17%, p<0.05), and more lower-limb revascularization procedures (38.9% vs 13.2%, p<0.001) and amputations (36.7% vs 1.9%, p<0.001). HbA1c levels were significantly higher for patients with infected DFUs (8.8±1.9% vs 8.1±1.8%, p<0.05), and remained as such after adjustment for age, gender, and peripheral arterial disease (OR: 1.296, 95%CI: 1.045-1.608). Conclusion: infection is critical for the short-term prognosis of DFU and relates to glucose control.
Introduction : un mauvais contrôle glycémique favorise les infections chez les sujets diabétiques, mais cela n’a pas été clairement établi pour les infections de plaie de pieds. L’objectif de notre étude était d’évaluer le contrôle glycémique initial, estimé par l’HbA1c selon la présence ou non d’une infection, chez des patients hospitalisés pour plaie de pieds. Méthode : nous avons comparé les caractéristiques et le devenir des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds entre 2011 à 2014, selon la présence ou non d’une infection. L’infection était définie par la présence d’au moins un signe clinique parmi : purulence, douleur, œdème, chaleur et/ou induration. Résultats : cent quarante-trois patients ont été hospitalisés pour plaie de pieds. Il s’agissait en majorité d’hommes (72,9%), âgés de 64±11 ans, atteints de diabète de type 2 (78,8%) depuis 20±13 ans. La majorité des plaies étaient uniques (67,8%), situées au niveau des orteils (56,3%). La durée médiane de la plaie avant l’admission était de 38 jours (14-90). Au cours du suivi, en médiane de 26 mois (10-54), 94 sujets ont eu une récurrence de la plaie (65,7%) et 15 sont décédés (11,7%). Leurs HbA1c initiales ne différaient pas des autres. Quatre-vingt-dix patients étaient infectés, dont 54 présentaient une infection ostéo-articulaire (37,8%). Leur taux de C-réactive protéine (CRP) était plus élevé (p<0,001) que les patients non infectés. Les patients infectés avaient une durée initiale d’hospitalisation, un temps de cicatrisation et un nombre de réhospitalisations, deux fois plus importants (p<0,01), que ceux ne présentant pas d’infection. Il y avait également plus de revascularisations et d’amputations chez les patients infectés que chez ceux non infectés, respectivement 38,9% vs 13,2% et 36,7% vs 1,9% (p<0,001). Les patients infectés avaient une hémoglobine glyquée (HbA1c) plus élevée : 8,8±1,9% vs 8,1±1,8% (p<0,05), même après ajustement sur l’âge, le sexe et la présence d’une artériopathie (OR :1,296, 95% IC : 1,045-1,608). Conclusion : l’infection est un élément clé du mauvais pronostic des plaies de pieds diabétiques, et elle semble liée au contrôle glycémique initial.
Fichier principal
Vignette du fichier
Med_spe_2020_Simoneau.pdf (973.12 Ko) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02558597 , version 1 (29-04-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02558597 , version 1

Cite

Amélie Simoneau. Étude descriptive des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds au CHU de Bordeaux : lien infection-contrôle glycémique et devenir. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02558597⟩
81 View
167 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More