Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude descriptive des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds au CHU de Bordeaux : lien infection-contrôle glycémique et devenir

Résumé : Introduction : un mauvais contrôle glycémique favorise les infections chez les sujets diabétiques, mais cela n’a pas été clairement établi pour les infections de plaie de pieds. L’objectif de notre étude était d’évaluer le contrôle glycémique initial, estimé par l’HbA1c selon la présence ou non d’une infection, chez des patients hospitalisés pour plaie de pieds. Méthode : nous avons comparé les caractéristiques et le devenir des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds entre 2011 à 2014, selon la présence ou non d’une infection. L’infection était définie par la présence d’au moins un signe clinique parmi : purulence, douleur, œdème, chaleur et/ou induration. Résultats : cent quarante-trois patients ont été hospitalisés pour plaie de pieds. Il s’agissait en majorité d’hommes (72,9%), âgés de 64±11 ans, atteints de diabète de type 2 (78,8%) depuis 20±13 ans. La majorité des plaies étaient uniques (67,8%), situées au niveau des orteils (56,3%). La durée médiane de la plaie avant l’admission était de 38 jours (14-90). Au cours du suivi, en médiane de 26 mois (10-54), 94 sujets ont eu une récurrence de la plaie (65,7%) et 15 sont décédés (11,7%). Leurs HbA1c initiales ne différaient pas des autres. Quatre-vingt-dix patients étaient infectés, dont 54 présentaient une infection ostéo-articulaire (37,8%). Leur taux de C-réactive protéine (CRP) était plus élevé (p<0,001) que les patients non infectés. Les patients infectés avaient une durée initiale d’hospitalisation, un temps de cicatrisation et un nombre de réhospitalisations, deux fois plus importants (p<0,01), que ceux ne présentant pas d’infection. Il y avait également plus de revascularisations et d’amputations chez les patients infectés que chez ceux non infectés, respectivement 38,9% vs 13,2% et 36,7% vs 1,9% (p<0,001). Les patients infectés avaient une hémoglobine glyquée (HbA1c) plus élevée : 8,8±1,9% vs 8,1±1,8% (p<0,05), même après ajustement sur l’âge, le sexe et la présence d’une artériopathie (OR :1,296, 95% IC : 1,045-1,608). Conclusion : l’infection est un élément clé du mauvais pronostic des plaies de pieds diabétiques, et elle semble liée au contrôle glycémique initial.
Complete list of metadatas

Cited literature [121 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02558597
Contributor : Médecine Ub <>
Submitted on : Wednesday, April 29, 2020 - 5:16:19 PM
Last modification on : Wednesday, May 13, 2020 - 1:22:02 AM

File

 Restricted access
To satisfy the distribution rights of the publisher, the document is embargoed until : 2021-03-13

Please log in to resquest access to the document

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02558597, version 1

Collections

Citation

Amélie Simoneau. Étude descriptive des patients diabétiques hospitalisés pour plaie de pieds au CHU de Bordeaux : lien infection-contrôle glycémique et devenir. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02558597⟩

Share

Metrics

Record views

37