Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

La partition chorégraphique à l’ère du digital

Résumé : Depuis la création des premiers ballets, la place de la partition chorégraphique a été interrogée. Les regards portés sur cet objet hybride, souvent méconnu du grand public, divergent d’un chorégraphe à l’autre, d’un danseur à l’autre.
À la multiplicité des systèmes de notation répond la diversité des fonctions auxquelles ils se prêtent. Tantôt simple aide-mémoire dans le processus de travail lors d’une répétition en studio, tantôt support de création mais aussi d’apprentissage, la notation est au cœur des questions de constitution, de préservation et de transmission des répertoires. Il semblerait toutefois, que la danse, contrairement à la musique, manque cruellement de matériaux pour documenter les processus de composition et pour décrire les œuvres finalisées. Si la place, j’entends par là le rôle et la fonction de la partition chorégraphique est questionnée au sein de la communauté des danseurs, chorégraphes, amateurs et théoriciens de la danse, elle l’est encore plus avec l’apparition des outils numériques. Le recours au numérique semble supplanter le recours au crayon/dessin. Les « traces » du processus de création chorégraphique sont postées sur la « toile », accessibles à tout un chacun. Une culture visuelle du geste chorégraphique semble alors prend forme.
Ainsi, cette réflexion argumentée invite à penser la place des pratiques graphiques et numériques dans la création chorégraphique et dans ses processus de transmission et pose la question suivante : quelle place accordait-on à la partition chorégraphique et quelle place lui accorde-t-on aujourd’hui ? De danses sur papier – à danses filmées et « repostées » : quelles perspectives pour les outils de composition et de transmission ?
Afin de traiter ce sujet dans son ensemble, j’ai choisi d’aborder ce thème sous un angle à la fois historico-culturel mais aussi anthropologique, avec un intérêt particulier sur les considérations sociales de cet « objet hybride » qu’est la partition chorégraphique.
La mise en perspective de la place de cet objet au sein du processus de création chorégraphique et de transmission, démontre un recours à la partition chorégraphique peu fréquent, voire inexistant. Il semblerait que la mise en écriture chorégraphique soit davantage une aspiration qu’une pratique, et que, malgré les efforts des théoriciens, la pratique chorégraphique relève davantage de la tradition orale. L’objet qui était d’ores et déjà « hybride », s’est transformé en « objet mutant » à l’ère du digital. Le virage numérique a redessiné la place de la partition chorégraphique. Les trois études de cas, sur trois plateformes numériques consacrées à cet art : Numéridanse, La 3e Scène et Artform Platform illustrent la digitalisation de l’art chorégraphique et laissent entrevoir les conséquences sur la création et la transmission.
Cette nouvelle « ère numérique » engendre une démocratisation mais aussi une uniformisation de l’art chorégraphique pour le chorégraphe ainsi que pour le e-spectateur. Si la mondialisation a accéléré ces deux phénomènes, force est de constater que l’humain semble demeurer au centre de la création.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [15 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02565224
Contributor : Clara Musy <>
Submitted on : Wednesday, May 6, 2020 - 11:56:41 AM
Last modification on : Saturday, October 3, 2020 - 3:39:51 AM

File

DESSI Marina_DUMAS.pdf
Files produced by the author(s)

Licence


Copyright

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02565224, version 1

Citation

Marina Dessi. La partition chorégraphique à l’ère du digital. Sciences de l'information et de la communication. 2019. ⟨dumas-02565224⟩

Share

Metrics

Record views

16

Files downloads

7