PrEP en vie réelle : caractéristiques épidémiologiques et incidence des infections sexuellement transmissibles - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

PrEP en vie réelle : caractéristiques épidémiologiques et incidence des infections sexuellement transmissibles

Abstract

Introduction: we have limited data outside clinical studies for people who started PrEP in France. Our retrospective, multi-center study evaluates epidemiological data at baseline, as well as the incidence of sexually transmitted infections (STIs) during the follow-up of PrEP users. In one of the centers, some of the beneficiaries of PrEP were recruited via a dating application.
Materials and methods: over a period of 26 months, we collected data from patients who initiated PrEP in 3 centers of our department. The prevalence of STIs over the two years before inclusion, and over the study period, as well as the incidence of STIs were calculated for the entire cohort.
Results: from December 1, 2015 to February 28, 2018, 333 people started PrEP. Their median age is 39 years [IQR 30-45], 314 (94%) are MSM, of which 57 (25%) were recruited via the dating application. Among these ones, we did not find any difference in terms of age (p = 0.1746), history of STIs (p = 0.14), condom use (p = 0.50), and drug use (p = 0.78) compared to others. During the follow-up, one HIV infection was diagnosed (0.39 / 100 AP) and 121 patients had at least one STI, that leads to an incidence of 66.28 / 100 AP. We didn't note a difference between the prevalence in the two years before inclusion (41%, [136/333]) and over the study period (36%, [121/333]), p = 0.932. We found a subpopulation of patients (17.1%) that gets more infected and represents 74% of all the STIs. In GRINDR and chemsex users, the incidence of STIs is not significantly different from the rest of the cohort. However, "chemsexeurs" get more infected from the rectum (p = 0.005).
Conclusion: PrEP, poorly known by health workers, disrupts the prevention of HIV infection. Only middle-aged men who have sex with men seem to be aware of it. Despite the absence of an increase in the prevalence of STIs, our study confirms a high rate of STIs, particularly rectal ones. This probably reflects the decrease in condom use, and systematic screening for infections, most of them being asymptomatic. Prophylaxis should be extended to all at-risk groups and all ages through general practitioners and community structures. It provides patients a program including STIs prevention and sexual health.
Introduction : nous disposons de peu de données hors études cliniques, concernant les personnes ayant débuté une PrEP en France. Notre étude rétrospective et multicentrique, évalue les données épidémiologiques à l’inclusion, ainsi que l’incidence des infections sexuellement transmissibles (IST) au cours du suivi des utilisateurs de PrEP. Sur un des centres, une partie des bénéficiaires de la PrEP a été recrutée via une application de rencontre.
Matériels et méthodes : sur une période de 26 mois, nous avons recueilli les données des patients ayant initié la PrEP dans 3 centres de notre département. La prévalence sur les deux ans précédant l’inclusion, puis sur la période d’étude ainsi que l’incidence des ISTs ont été calculées sur l’ensemble de la cohorte.
Résultats : du 1er décembre 2015 au 28 février 2018, 333 personnes ont débuté une PrEP. Leur médiane d’âge est de 39 ans [IQR 30-45], 314 (94%) sont des HSH, dont 57 (25%) recrutés via l’application de rencontre. Chez ces derniers, nous ne retrouvons pas de différence en termes d'âge (p=0,1746), d'antécédents d'IST (p=0,14), d'usage du préservatif (p = 0,50), et de consommation de drogue (p = 0,78) par rapport aux autres. Pendant le suivi, une infection VIH a été diagnostiquée (0,39/100 PA) et 121 patients ont eu au moins une IST, soit une incidence de 66,28/100 PA. Nous ne notons pas de différence entre la prévalence dans les deux ans précédant l’inclusion (41%, [136/333]) et celle sur la période d’étude (36%, [121/333]), p = 0,932. Nous retrouvons une population de patients (17,1%) qui s’infectent davantage regroupant 74% de l’ensemble des ISTs. Chez les utilisateurs GRINDR et de chemsex, l’incidence des ISTs n’est pas significativement différente du reste de la cohorte. Cependant, les « chemsexeurs » s’infectent davantage au niveau rectal (p = 0,005).
Conclusion : La PrEP, mal connue des personnels de santé bouleverse la prévention de l’infection VIH. Seuls les HSH d’âge moyen y semblent sensibilisés. Malgré l’absence de majoration de la prévalence des ISTs, notre étude confirme un fort taux d’ISTs notamment rectales. Cela rend compte probablement de la diminution de l’usage du préservatif et d’un dépistage systématique d’infections, la plupart asymptomatiques. Il faut étendre la prophylaxie à tous les groupes à risques et à tous les âges grâce au médecin généraliste et aux structures communautaires. Elle propose aux patients un programme global de préventions et de santé sexuelle.
Fichier principal
Vignette du fichier
2019NICEM045.pdf (3.39 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02613855 , version 1 (20-05-2020)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02613855 , version 1

Cite

Sabrina Manni. PrEP en vie réelle : caractéristiques épidémiologiques et incidence des infections sexuellement transmissibles. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02613855⟩
138 View
217 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More