Hypothyroïdie infraclinique : étude des pratiques en médecine générale ambulatoire - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Hypothyroïdie infraclinique : étude des pratiques en médecine générale ambulatoire

Abstract

L'HI est fréquente selon différentes études épidémiologiques et est régulièrement rencontrée en consultation de médecine générale. Sa prise en charge reste encore à ce jour une source de débat. En France, il existe une seule recommandation sur la prise en charge de l'HI publiée en 2007 par l’HAS. Il nous a donc paru intéressant d'étudier les pratiques des médecins généralistes face à ce désordre thyroïdien dont la prise en charge n’est pas clairement établie. L'objectif de cette étude était de décrire la prise en charge (diagnostique, thérapeutique, suivi) de l'hypothyroïdie infraclinique en médecine générale en Languedoc-Roussillon dans ce climat d'incertitude. Méthode : enquête descriptive transversale par auto-questionnaire électronique, auprès de docteurs en médecine générale installés en Languedoc-Roussillon. Un cas clinique était proposé. Résultats : recueil des données du 19 novembre 2018 au 31 janvier 2019. Nous avons obtenu 139 réponses sur 2451 questionnaires envoyés. La majorité des médecins généralistes ont diagnostiqué une HI. Les principaux éléments en faveur de ce diagnostic étaient la valeur de la TSH, la valeur de la T4l normale et l’absence de symptômes. La moitié des médecins n’ont pas demandé de bilan sanguin complémentaire. Parmi ceux qui ont demandé un bilan sanguin complémentaire, les prescriptions étaient plutôt hétérogènes même si le dosage des Ac anti TPO a été demandé en premier lieu. Concernant la prise en charge thérapeutique, seuls 4 médecins ont instauré un traitement substitutif. Pour la surveillance biologique, 53.2% des médecins n’ont prescrit aucun bilan biologique à 4 à 6 semaines, 80.6% ont prescrit un dosage de la TSH tous les 6 mois et 61.9% des médecins ont demandé un dosage de la TSH tous les ans. Conclusion : les pratiques sur le plan diagnostic, thérapeutique et la surveillance biologique étaient très disparates en fonction des médecins généralistes interrogés dans notre étude. L'absence de consensus formel actuel sur l’HI met en difficulté les médecins généralistes dans l'exercice de leur profession en particulier pour les situations à risque intermédiaire où la prise en charge des patients semble hétérogène. Les médecins généralistes confrontés à l’HI doivent ainsi prendre une décision éclairée avec l'accord du patient, en évaluant le rapport bénéfice/risque du traitement substitutif, en tenant compte de l'ensemble des preuves scientifiques et avis d'experts tout en s'aidant de leur expérience personnelle. Pour améliorer la conduite à tenir des médecins généralistes, un algorithme et/ou un score pourrait être proposé.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2019_El-Hayel_Soumia.pdf (1.09 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02733052 , version 1 (12-06-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02733052 , version 1

Cite

Soumia El Hayel. Hypothyroïdie infraclinique : étude des pratiques en médecine générale ambulatoire. Médecine humaine et pathologie. 2019. ⟨dumas-02733052⟩
69 View
101 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More