Limits of intravascular contrast extravasation on computed tomography scan to define the need for pelvic angioembolization in pelvic blunt trauma: a specific assessment on the risk of false-positive - DUMAS - Dépôt Universitaire de Mémoires Après Soutenance Access content directly
Master Thesis Year : 2019

Limits of intravascular contrast extravasation on computed tomography scan to define the need for pelvic angioembolization in pelvic blunt trauma: a specific assessment on the risk of false-positive

Abstract

La lésion artérielle pelvienne est l’une des principales lésions à rechercher sur l’évaluation tomodensitométrique initiale d’un patient traumatisé atteint d’une fracture du bassin. Une extravasation de produit de contraste (EPC) est le signe traditionnellement spécifique pour qualifier l’origine artérielle du saignement et justifier la réalisation d’une angiographie. Ces EPCs manquent pourtant de sensibilité, principalement à cause des saignements osseux ou veineux. L’objectif de cette étude a donc été de déterminer la performance prédictive de différentes caractéristiques de l’EPC pour le recours à l’artérioembolisation pelvienne (AEP), ainsi que les facteurs de risque de faux-positif pour un saignement artériel. Matériel et méthodes : une étude rétrospective a été menée dans notre centre de traumatologie entre 2010 et 2015. Tous les patients traumatisés sévères avec examen tomodensitométriques initial en faveur d’une fracture du bassin ont été inclus. Les caractéristiques TDM de l’EPC ont été spécifiquement étudiées : phase de survenue, surface artérielle (S²EPC‒a) et portale (S²EPC‒p), surface d’extension (S²EPC‒ext), relations anatomiques (contact avec un fracas osseux complexe ou avec l’hématome rétro-péritonéal constitué). La performance prédictive globale de ces caractéristiques TDM pour le recours à l'AEP a été analysée par courbes ROC. L’analyse s’est ensuite centrée sur l’étude des facteurs de risque de faux-positif. Résultats : parmi les 311 traumatisés sévères avec fracture du bassin inclus (âge moyen 42±19, ISS moyen 27±19), 94 (30%) présentaient au moins une EPC pelvienne sur la TDM initiale. Les S²EPC‒a et S²EPC‒p étaient significativement plus étendues chez les patients ayant nécessité une AEP : respectivement (38.5 mm2 [IQR 26−127] vs 15 mm2 [IQR 6−29.5], P=0.001) et (128.5 mm2 [IQR 79−450] vs 59 mm2 [IQR 34−134], P=0.035). La S²EPC‒ext n’était en revanche pas associée avec l’AEP. La performance diagnostique de S²EPC‒a fournie par courbe ROC était modeste (ASC 0.76 [0.64‒0.90], P=0.011) pour prédire l’AEP. La S²EPC‒p et S²EPC‒ext n’étaient pas significativement associées avec l’AEP. Le seuil de haute sensibilité a été défini comme une S²EPC‒a ≥ 20 mm2 (Sens 100%, Spé 62%, VPP 24%, VPN 100%). Utilisant ce seuil, 76% des patients étaient faux positifs. Les facteurs de risque de faux-positif étaient les suivants : l’absence d’hypotension à l’admission (OR 6.7 [1.2−36.7]), une transfusion < 6 CG (OR 15.0 [1.7−133.6]), une EPC à la TDM non-diffusant vers un hématome rétro-péritonéal constitué (OR 7.6 [1.4−42.3]), et une EPC en contact avec un fracas osseux complexe (OR 7.8 [1.4−59.7]). Discussion : une EPC pelvienne à la phase artérielle du TDM, même étendue, ne constitue pas un argument suffisant pour garantir la nécessité d’AEP. Une S²EPC‒a ≥ 20 mm2 oriente en effet à tort dans trois-quarts des cas vers une angiographie et par conséquent vers un geste d'hémostase inapproprié. Les facteurs de risques TDM justifiant une angiographie pelvienne sont une EPC diffusant vers un hématome rétropéritonéal constitué et une EPC sans contact avec un fracas osseux complexe.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThEx_Montpellier_UM_Med_2019_Ramin_Severin.pdf (1.09 Mo) Télécharger le fichier
Origin : Files produced by the author(s)
Loading...

Dates and versions

dumas-02862332 , version 1 (24-08-2020)

Licence

Attribution - NonCommercial - ShareAlike

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02862332 , version 1

Cite

Séverin Ramin. Limits of intravascular contrast extravasation on computed tomography scan to define the need for pelvic angioembolization in pelvic blunt trauma: a specific assessment on the risk of false-positive. Human health and pathology. 2019. ⟨dumas-02862332⟩
89 View
167 Download

Share

Gmail Facebook X LinkedIn More