Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Perturbations rénales chez le patient traumatisé crânien : approche physiopathologique

Résumé : Introduction : en Europe, le traumatisme crânien représente environ 260 cas /100 000 habitants/an. Celui-ci représente un enjeu sociétal majeure car il est à l'origine d'une morbi-mortalité très importante. Les patients cérébrolésés pris en charge en réanimation vont fréquemment présenter des perturbations de la fonction rénale, notamment une augmentation de la clairance rénale (ACR) ou un syndrome de perte en sel (SPS). Ces deux syndromes peuvent avoir des conséquences délétères sur le pronostic du patient. Cependant, la physiopathologie expliquant de telles perturbations reste peu explorée et méconnue. Ce travail a pour objectif principal d’explorer les mécanismes physiopathologiques à l’origine des perturbations de la fonction rénale chez le patient traumatisé crânien en utilisant des marqueurs accessibles en pratique clinique. Nous avons donc réalisé successivement 2 études que nous allons présenter dans ce travail de thèse. Étude RIARC - Matériels et méthodes : analyse rétrospective d’une base de données recueillie de manière prospective chez tous les patients traumatisés admis en réanimation chirurgicale sur une période de 3 mois. Ont été inclus dans l’analyse les patients ayant reçus des mesures échographiques cardiaques et rénales pendant 3 jours consécutifs au cours de leur prise en charge initiale. L’ARC a été définie par une Clairance de la créatinine urinaire (CLCR)mesurée sur 24h > 130ml/min. - Résultats : 30 patients ont été analysés rétrospectivement. Il y avait une corrélation inverse entre les valeurs de CLCR et l’index de résistivité (r=-0,501 ; p < 0,0001). La meilleure valeur seuil pour que l’index de résistivité puisse prédire l’ACR était de 0,65 avec Sensibilité 76% í62- 85ý et Spécificité 72% í56-64ý. Il n’y avait qu’une faible corrélation entre les valeurs de la CLCR et du débit cardiaque (r=0,219 ; p=0,05). Il n’y avait pas de corrélation statistique entre l’index de résistivité et la PAM (r=-0,09 ; p=0,41) que ce soit chez les patients avec ou sans ACR. Etude hyponatrémie et syndrome de perte de sel - Matériels et méthodes : nous avons effectué une analyse rétrospective d’une base de données recueillie de manière prospective auprès de 60 patients traumatisés crâniens sans dysfonctionnement rénal chronique (CLCR > 60ml/min). La moyenne des paramètres métaboliques (incluant le bilan entrée sortie en sodium et le bilan hydrique) et hémodynamique a été calculé sur trois périodes consécutives au cours des sept premiers jours suivant l’admission. Le principal résultat étudié dans cette étude était la survenue d’au moins un épisode d’hyponatrémie - Résultats : 16 patients (27%) ont présenté un épisode d’hyponatrémie répondant aux critères du SPS. Au cours de la période d’étude, on a constaté une diminution rapide du bilan sodique (163 ± 193 vs. -12 ± 154, p < 0,0001) et de la clairance de l’eau libre (-0,7 ± 0,7 vs. -1,8 ± 2,3 p<0,0001). L’excrétion urinaire moyenne de sodium était élevée mais pas statistiquement différente chez les patients ayant présenté ou non un épisode d’hyponatrémie (287 ± 50 contre 282 ± 133, p=0,621). Les variables associées à l’excrétion urinaire de sodium étaient l’apport en sodium (R2=0,26, p<0,0001) et la FEurate (R2=0,15, p=0,009). L’excrétion urinaire de sodium était significativement plus élevée chez les patients ACR vs non ACR (318 ± 106 contre 255 ± 135 mmol/j, p=0,034). Discussion : ces travaux, bien que limités par le design rétrospectif et le faible effectif de malade, permettent de poser des hypothèses physiopathologiques. La diminution de la vasomotricité artériolaire rénale, suggérée par un index de résistivité rénal bas, serait le principal mécanisme pourvoyeur de l’augmentation de la clairance rénale en traumatologie. L'augmentation du débit cardiaque n'est pas le principal mécanisme de l'ARC, mais seulement un facteur aggravant. L’augmentation de la clairance rénale est un des facteurs prédisposant à une excrétion urinaire accrue de sodium. Les autres facteurs associés à une excrétion urinaire accrue en sodium sont un apport sodé important et une FEUrate augmentée. Une FEUrate augmentée pourrait suggérer une dysfonction tubulaire proximale chez le patient cérébrolésé. L’augmentation de la clairance rénale est un des facteurs prédisposant à une excrétion urinaire accrue de sodium. Les autres facteurs associés à une excrétion urinaire accrue en sodium sont un apport sodé important et une FEUrate augmentée. Une FEUrate augmentée ne pourrait suggérer une dysfonction tubulaire proximale chez le patient cérébrolésé. Conclusion : ces deux études nous ont permis de proposer des hypothèses communes expliquant les mécanismes physiopathologiques à l’origine du SPS et l’ARC chez les patients traumatisés crâniens. Une étude prospective est nécessaire pour confirmer cette hypothèse.
Complete list of metadatas

Cited literature [123 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02863724
Contributor : Médecine Ub <>
Submitted on : Wednesday, June 10, 2020 - 3:04:33 PM
Last modification on : Saturday, June 13, 2020 - 3:18:28 AM

File

Med_spe_2020_Lannou.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02863724, version 1

Collections

Citation

Alexandre Lannou. Perturbations rénales chez le patient traumatisé crânien : approche physiopathologique. Sciences du Vivant [q-bio]. 2020. ⟨dumas-02863724⟩

Share

Metrics

Record views

27

Files downloads

9