Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les nénuphars jaune et blanc (Nuphar lutea L. Sibth et Sm, Nymphaea alba L.) (Nymphéacées)

Résumé : NUPHAR LUTEUM appartient au genre NUPHAR et NYMPHAEA ALBA au genre NYMPHAEA. Ce sont deux espèces de la famille des NYMPHEACEES. Le rhizome pour NUPHAR LUTEA et le rhizome et les fleurs pour NYMPHAEA ALBA sont inscrits à la Pharmacopée française. Ces deux espèces se caractérisent par des composés chimiques spécifiques : - Des alcaloïdes sesquiterpéniques en C15 quinolizidiniques et pipéridiniques ; - Des alcaloïdes thiaspiranes en C30 ; - Un glucoside : la Nymphaline. Les trois propriétés principales : - Les propriétés antibiotiques, antifongiques, antitrichomonases sont dues aux alcaloïdes thiaspiranes quinolizidiniques en c30, et plus particulièrement à la 66’ dihydroxythiobinupheridine, présents dans le rhizome de NUPHAR LUTEUM. Les alcaloïdes sont actifs sur les bactéries phytopathogènes principalement Corynebacterium Michiganense. La 6 6’ dihydroxythiobinupharidine est un antifongique agissant sur les champignons des genres Histoplasma, Blastomyces, Microsporum et Tricophyton. - Les propriétés astringentes sont attribuées aux tanins présents dans le rhizome de NUPHAR LUTEA et NYMPHAEA ALBA. - Les alcaloïdes des fleurs et rhizomes de NUPHAR LUTEA et NYMPHAEA ALBA ont une activité sédative et anti spasmodique. On attribue plus d'effet sédatif aux fleurs de NYMPHAEA ALBA. De cette étude pharmacologique, on pourrait retenir deux utilisations potentielles en phytothérapie : a) L'utilisation des alcaloïdes en C30 dont la 6 6’ dihydroxythiobinupharidine du rhizome de NUPHAR LUTEA en usage externe comme anti fongique, anti trichomonases. b) L'activité sédative des fleurs de NYMPHAEA ALBA. Il ne faut pas négliger de préciser la toxicité, par voie interne, des alcaloïdes et d'un glucoside, la Nymphaline, présents chez les deux espèces étudiées. Les alcaloïdes peuvent induire une dépression respiratoire centrale, à haute dose. La différence entre la dose d'efficacité et la dose de mortalité de la Nymphaéine est étroite. La Nymphaéine induit une dépression sensitive et motrice ainsi que respiratoire. D’autre part, un glucoside, la Nymphaline, présente une toxicité cardiaque qui a été décrite en 1938. En résumé, l'utilisation du rhizome de NUPHAR LUTEA en usage externe, comme anti fongique et anti trichomonase, indique des potentialités intéressantes. Pour un emploi par voie interne, l'indication de sédatif nerveux qui n'est pas très explicite pour NUPHAR LUTEA, et les risques de toxicité des alcaloïdes et de la Nymphaline nous paraissent des éléments suffisants pour ne point retenir ces indications. Les fleurs de NYMPHAEA ALBA ont une tradition d'utilisation comme sédatif et anaphrodisiaque. Cependant elles devront être utilisées avec beaucoup de précautions à cause de la toxicité des alcaloïdes et du glucoside cardiotoxique, la Nymphaline. D'autre part, ces deux espèces sont de très bons indicateurs de pollutions puisqu'ils peuvent accumuler les métaux lourds, ce qui nous parait également une restriction supplémentaire à leur utilisation comme phyto médicament.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [74 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-02882185
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Friday, June 26, 2020 - 3:05:16 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 8:56:03 AM

File

1989GRE17020_betscoun-muselli_...
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-02882185, version 1

Citation

Betscoun-Muselli Isabelle. Les nénuphars jaune et blanc (Nuphar lutea L. Sibth et Sm, Nymphaea alba L.) (Nymphéacées). Sciences pharmaceutiques. 1989. ⟨dumas-02882185⟩

Share

Metrics

Record views

52

Files downloads

43